Saint-Pol-Roux

La Rose et les épines du chemin, 1901


Les Couronnes


À Romain Coolus.

Sur Paris, le Temps, satyre à face de pierrot, agaçait de ses deux ongles noirs les crinolines d’airain ; aussi les heures s’esquivaient-elles allègrement, grisettes du Moulin Bleu...

Notre chien Axel dormait sur l’intangible litière de soleil tombée de la fenêtre ouverte.

La couleuvre de mon loisir incommensurable s’étalant, je songeais, nourrisson d’un exquis cigare de contrebande corse.

Dans une lointaine apothéose d’illusion m’apparurent les solides gars de mon ambition accouchée. Ses vitraux coloriés de compassion à l’égard des cadets encore sous le joug, l’aboutie cathédrale de ma joie s’épanouissait enfin, et les orgues disaient mon œuvre accomplie.

Soudain la fumée du cigare, que le coma déformateur faisait encens populaire, en couronnes s’éleva.

Or celles-ci, loin d’encercler ma tête, ascendaient indifférentes. L’amour-propre marri de ce tort de diadèmes, si futiles soient-ils, sur un siège m’érigeant, jusqu’à ce qu’à mon front s’adaptassent les vanités enviées, j’insistai.

J’y parvins, d’un effort qui rompit le charme.

— « Cette avare expression des masses, la Gloire, rarement daigne condescendre, pensai-je ; de son haut trône elle attend fière le Chevalier de l’Œuvre.

« Couple d’orbites par lesquelles des légions contemplent les héros, combien ardu d’apprivoiser votre rayon total et de s’éjouir en son admirance pleinement !

« Point ne suffit de mériter la Gloire ; il faut encore gravir l’arpège de marbre, puis, dès nos cheveux en pluie sur ses cothurnes, se la concilier par une cour ridicule et, si sa réponse est de glace (ordinaire coquetterie de qui se sait critérium), la violer. Que de gens font ce que je viens de faire, s’avancent l’échine souple et la main friande — cela valait-il pas un regard, un sourire, un baiser ? — mais, le tréteau quitté, comme ils doivent cracher contre le miroir de la chambre avant de reposer leur nudité sur la fraîche paillasse de lauriers !

« Les dignes, eux, se cramponnent à la solitude et dans la nuit meurent sans un pas vers la patricienne aux graisses populacières.

« Mourrai-je ainsi, moi que la Gloire effarouche ?

« En ce cas, ma crainte (car la prude s’acharne après coup sur ses contempteurs sans défense) serait qu’elle ne vienne, ouvrant mon cercueil comme une tabatière, offrir une prise de mes cendres aux urnes déléguées, ces faux-nez des nations contrites ; et j’endêve à la pensée de mon squelette défoui, suspendu au bras de la marianne ainsi qu’un fiancé macabre et promené parmi la louange des joues fleuries.

« Oh ! cette perspective de soufflets tard convertis en coups d’encensoir ! Oh ! de songer que ces yeux, jusque-là secs de mépris, pourraient inopinément résipiscer le long du moine mort, une folle envie me prend — à l’unique fin d’une gloire moindre, mais immédiate, logique, et d’ainsi m’épargner la dérision des palmes futures, seules durables pourtant ! — une folle envie me prend de déserter le sablier de ma thébaïde, de m’ensillager de joueurs de flûte, d’utiliser les tables amies (ces tremplins !), de soudoyer les hérauts, de courir les cabarets où se posent les candidatures à la réputation, de remiser ce bizarre miroir à tétons autour duquel mon observation maligne a groupé de suffisantes alouettes, de jeter bas ce masque de naïveté qui me nuit désormais plus qu’il ne me sert, de m’atteler à toutes les gazettes, d’éditer en les amendant ces ouvrages que le scrupule d’une étude plus ample de la vie surseoit, d’atténuer de gui ma robuste originalité, d’officialiser, de m’incliner, de m’agenouiller, de brosser des bottes avec mes moustaches, de lécher des clous de semelle, de ramper, enfin de me prostituer. »

Le chien, cuit à point, protesta contre le soleil...

J’allai clore les persiennes.

Des gouttes tombaient, une à une, de la narine de cuivre sur l’évier de la cuisine...


Paris, juillet 1886.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

Gаutiеr : Lе Βаnс dе piеrrе

Sigоgnе : «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...»

Sigоgnе : «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...»

Rоnsаrd : «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...»

Μаrоt : «Jоuissаnсе vоus dоnnеrаi...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : «Νе sаis соmbiеn lа hаinе еst durе...»

Viviеn : Ρоèmе d’аmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...» (Sаint-Αmаnt)

De Сосhоnfuсius sur Ιntériеur (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Rêvаnt pаrmi сеs bоis, је vоis s’еntrеbаisеr...» (Αubеspinе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Frèrеs аînés (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе