Saint-Pol-Roux


Bretagne est univers


 
Quelle est donc cette race aux grands yeux de mystère,
Aussi nombreuse et pure que l’oiseau dans l’air,
Un de ses gâs sur chaque motte de terre,
Un de ses gâs sur chaque lame de la mer ?
 
 
 

I


 
Elle fut, cette race, la race première
Avec son air sacré de descendre de Dieu.
Elle a gardé la foi sainte de la lumière
En son cœur analogue à la braise du feu.
Elle partit des lys où des coqs de l’aurore
Annoncent l’Ange d’or à notre espoir humain.
Pour atteindre le ciel de son hymne sonore
Elle muait en mots les cailloux du chemin.
 
 
 

II


 
On la nommait l’Ancienne-à-la-coiffe-innombrable,
Épanouissement d’ailes sur les cheveux.
L’Ancien accompagnait l’épouse incomparable
Et menait le long peuple émané de leurs vœux.
Elle avançait, un rêve en fleurs sous la paupière,
Entre ses bras les boucles de l’humanité
Cependant qu’il laissait une géante pierre
À chaque étape faite dans l’éternité.
 
 
 

III


 
Parvenus, à la fin de l’ambulante histoire,
En un pays de chênes courbés par le vent,
Ils se sentirent dignes de ce promontoire
Où régnaient les dragons et le rythme émouvant.
Ayant calmé leur soif au sein frais de la pomme,
Ils creusèrent la grotte du premier sommeil.
Ensuite, ils se vouèrent au destin de l’homme
Et le rouet naquit en hommage au soleil.
 
 
 

IV


 
Cette race épandait l’éclatante harmonie
Qui coulait de son âme ainsi que d’un moulin.
Elle engendrait, de par son multiple génie,
Le chaste Perceval après l’ardent Merlin.
Un jour, elle dressa la noble Table Ronde
Où les héros, assis splendidement autour,
Buvaient le sang magique de la Beauté blonde
Et le métal béni du Graal et de l’Amour.
 
 
 

V


 
Elle sculpta dans le granit un fier domaine
Où les âmes venaient s’allaiter de candeur
Et les bardes épars de l’allégresse humaine
Alimenter leur gloire à sa vieille splendeur.
Elle eut des rois, elle eut des saints, elle eut des fées,
Elle émit des chefs-d’œuvre au constant devenir.
Chère à la France, où ses légendes sont greffées,
La Dame de sa proue sourit à l’avenir.
 
 
 

VI


 
Ses tribus débordant enfin de sa nature,
Elle trouva chétive la place du nid.
Alors qu’elle s’en fut au gré de l’aventure,
Inventer des foyers à travers l’infini.
La quille, tel un soc, laboure la tempête
Et des îles jaillissent du monstre béant,
La blanche nef semblable à la colombe en fête
Avec son rameau vert qui fleurit le néant.
 
 
 

VII


 
Il ne lui suffit point de distiller l’oracle
Et d’accroître le globe au jeu de ses timons,
Elle insère l’esprit de son propre miracle
À même la matière des bois et des monts.
Voici le coffre aux joies, le clocher, le calvaire
Et l’auguste fontaine au limpide présent.
Après l’enchantement créé par le trouvère
Et le prince des mers, celui de l’artisan.
 
 
 

VIII


 
Ah ! Ces pardons qu’exalte la liqueur des abeilles,
Broderies et rubans, dentelles et velours,
Tous les clans venus là comme autant de corbeilles :
Garçons aux pieds légers et filles aux yeux lourds.
Chaque couple, on dirait une image qui danse
Avec sa douce au doigt la bague du galant
Durant que les sonneurs associent en cadence
Au psaume des ramiers les cris du goéland.
 
 
 

IX


 
Vaste peuple fidèle à la Cause suprême,
On te voit sans relâche forlancer l’impur,
Tes preux donnant le sang qui leur vint de Dieu même
Avant de s’exhaler blanchement dans l’azur.
Plutôt que la ténèbre son âme asservie,
L’Ancienne sacrifie ses plus dignes flambeaux,
Puis l’épreuve achevée, elle s’ouvre à la Vie
Afin de suppléer l’absence des tombeaux.
 
 
 

X


 
Si jamais, advenant un fabuleux désastre,
On était projeté dans la nuit tout à coup,
L’épi de l’espérance et le rayon de l’astre
Âprement moissonné parla faulx de l’Ankou,
Si jamais les cités ne laissaient plus de trace
Aux peuples dispensés par le fracas du sort,
Dans un sursaut soudain, Dieu verrait cette race
Assembler ses morceaux pour survivre à la Mort.
 
 

*


 
Quelle est donc cette race aux grands yeux de mystère,
Aussi nombreuse et pure que l’oiseau dans l’air,
Un de ses gâs sur chaque motte de Terre,
Un de ses gâs sur chaque lame de la Mer ?
 
 
 

XI


 
Cette race est en toi, millénaire Celtie
D’azur et de sinople, Argoat sur Arvor,
Qui laissas dans la glèbe ou la coque engloutie
Le meilleur de son être parsementé d’or.
Cette race divine est la race bretonne
Aux fils toujours pareils parmi l’homme divers :
Ta race impérissable dont le temps s’étonne,
Ô Bretagne éternelle comme l’Univers !
 
 

*


 
Voilà quelle est la cette race aux grands yeux de mystère,
Aussi nombreuse et pure que l’oiseau dans l’air,
Un gâs breton sur chaque motte de Terre,
Un gâs breton sur chaque lame de la Mer.
 


Commentaire(s)
Déposé par Curare- le 9 septembre 2018 à 22h12

https://www.youtube.com/watch?v=St6jyEFe5WM

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 septembre 2018 à 22h07


Âne de Bretagne
-----------------

Ce petit âne d’Armorique
N’a pas de notions théoriques,
Mais il fait très bien ce qu’il fait
Depuis les temps préhistoriques.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Cоmmеntaires récеnts

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, је t’аpprеndrаi (еnсоrе quе tu sоis...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir pеu dе pаrеnts, mоins dе trаin quе dе rеntе...» (Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе