Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
Quand je devise assis auprès de vous,
          Tout le cœur me tressaut.
Je tremble tout de nerfs et de genoux,
          Et le pouls me défaut.
Je n’ai ni sang ni esprit ni haleine,
Qui ne se trouble en voyant mon Hélène,
          Ma chère et douce peine.
 
Je deviens fol ; je perds toute raison :
          Connaître je ne puis
Si je suis libre, ou captif en prison :
          Plus en moi je ne suis.
En vous voyant, mon œil perd connaissance :
Le vôtre altère et change mon essence,
          Tant il a de puissance.
 
Votre beauté me fait en même temps
          Souffrir cent passions :
Et toutefois tous mes sens sont contents,
          Divers d’affections.
L’œil vous regarde, et d’autre part l’oreille
Ouït votre voix, qui n’a point de pareille,
          Du monde la merveille.
 
Voilà comment vous m’avez enchanté,
          Heureux de mon malheur :
De mon travail je me sens contenté,
          Tant j’aime ma douleur :
Et veux toujours que le tourment me tienne,
Et que de vous toujours il me souvienne,
          Vous donnant l’âme mienne.
 
Donc ne cherchez de parler au Devin,
          Qui savez tout charmer :
Vous seule auriez un esprit tout divin,
          Si vous pouviez aimer.
Que plût à Dieu, ma moitié bien-aimée,
Qu’Amour vous eût d’une flèche enflammée
          Autant que moi charmée.
 
En se jouant il m’a de part en part
          Le cœur outrepercé :
À vous s’amie il n’a montré le dard
          Duquel il m’a blessé.
De telle mort heureux je me confesse,
Et ne veux point que le souci me laisse
          Pour vous, belle Maîtresse.
 
Dessus ma tombe écrivez mon souci
          En lettres grossement :
Le Vendômois, lequel repose ici,
          Mourut en bien aimant.
Comme Pâris, là-bas faut que je voise,
Non pour l’amour d’une Hélène Grégeoise,
          Mais d’une Saintongeoise.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

Τоulеt : «Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Сосhоnfuсius sur Μédаillе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Соurеur (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе сhаrgе (Ρéguу)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе