Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
J’attachai des bouquets de cent mille couleurs,
De mes pleurs arrosés harsoir dessus ta porte :
Les larmes sont les fruits que l’Amour nous apporte,
Les soupirs en la bouche, et au cœur les douleurs.
 
Les pendant, je leur dis, Ne perdez point vos fleurs
Que jusques à demain que la cruelle sorte :
Quand elle passera, tombez de telle sorte
Que son chef soit mouillé de l’humeur de mes pleurs.
 
Je reviendrai demain. Mais si la nuit, qui ronge
Mon cœur, me la donnait par songe entre mes bras,
Embrassant pour le vrai l’idole du mensonge,
 
Soûlé d’un faux plaisir je ne reviendrais pas.
Voyez combien ma vie est pleine de trépas,
Quand tout mon réconfort ne dépend que du songe.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er juin 2014 à 11h00

Ronsard polychrome
-----------------------------

Ah, ces mots ronsardiens, de toutes les couleurs !
J’aimerais en orner ma fenêtre et ma porte ;
J’aimerais absorber la douceur qu’ils apportent
Et qui peut mettre fin à toutes les douleurs.

Ronsard, tu nous montras comment parler aux fleurs ;
Comment apprivoiser les parfums qui en sortent
Et comment les offrir à des muses, de sorte
Que sourie leur visage et que sèchent leurs pleurs.

Si la vie n’est qu’un rêve, il ne faut qu’on se ronge
À trop en supporter la charge à bout de bras,
À trop analyser vérités et mensonges ;

Aimons plutôt les fleurs. Elles ne durent pas ?
Mais vois comme elles vont calmement au trépas,
Sans y faire attention, sans trembler, comme en songe.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 novembre 2021 à 12h25

Démon des reliques
--------

Dans l’inframonde obscur, des trésors il apporte,
Y compris des chiffons de diverses couleurs ;
Un linge que porta la Dame des Douleurs,
Le bonnet d’un ermite ou la clé de sa porte.

Ces reliques, dit-il, rendent son âme forte,
Ainsi que le fumage améliore les fleurs,
Un martyr, s’éloignant de sa vallée de pleurs,
Laisse au monde un fatras d’objets de toute sorte.

Un éléphant défunt, la vermine le ronge
Et les démons non plus ne s’en priveront pas ;
Maître Vautour en lui sa chauve tête plonge.

Notre héros, pourtant, n’en fait point son repas,
Il conserve leur trace au-delà du trépas ;
Quelques âmes de saints le viennent voir en songe.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νаdаud : Viеillе histоirе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

☆ ☆ ☆ ☆

Guérin : «Αh ! Sеignеur, Diеu dеs сœurs rоbustеs, répоndеz !...»

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis lе tristе Οisеаu dе lа nuit sоlitаirе...» (Lа Rоquе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui соntеmplе lе Сiеl...» (Grévin)

De Jаdis sur «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...» (Hugо)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе