Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
Hélas ! voici le jour que mon maître on enterre :
Muses, accompagnez son funeste convoi.
Je vois son effigie, et au dessus je voi
La Mort, qui de ses yeux la lumière lui serre.
 
Voilà comme Atropos les Majestés atterre
Sans respect de jeunesse, ou d’empire, ou de foi.
Charles qui fleurissait naguères un grand Roi,
Est maintenant vêtu d’une robe de terre.
 
Hé ! tu me fais languir par cruauté d’amour :
Je te sers de Protée, et tu es mon Vautour.
La vengeance du Ciel n’oubliera tes malices.
 
Un mal au mien pareil puisse un jour t’avenir,
Quand tu voudras mourir, que mourir tu ne puisses.
Si justes sont les Dieux, je t’en verrai punir.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 avril 2021 à 13h46

Goupil ducal
--------

J’appartiens au seigneur qui conquit l’Angleterre,
Un pays plantureux dont il devint le roi ;
Je suis son conseiller en matière de lois,
Classant les parchemins comme un rusé notaire.

Guillaume aime le vin, ce n’est pas un mystère,
Il me fit déguster des crus de bon aloi ;
Lui que l’on dit sévère, il l’est moins quand il boit,
Il se met à blaguer de façon militaire.

Une renarde vint pour me parler d’amour
Et j’écrivis pour elle, ainsi qu’un troubadour,
Quelques vers en l’honneur de ce jeu sans malice.

Que m’’importe ce lien dépourvu d’avenir,
À moi qui peux entrer dans l’univers d’Alice
D’où la Reine de Coeur ne saurait me bannir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 20 avril 2021 à 14h02

Goupil ducal.....(retouche)
--------

J’appartiens au seigneur qui conquit l’Angleterre,
Un pays plantureux dont il devint le roi ;
Je suis son conseiller en matière de lois,
Classant les parchemins comme un rusé notaire.

Guillaume aime le vin, ce n’est pas un mystère,
Il me fit déguster des crus de bon aloi ;
Lui que l’on dit sévère, il l’est moins quand il boit,
Il se met à blaguer de façon militaire.

Une renarde vint pour me parler d’amour
Et j’écrivis pour elle, ainsi qu’un troubadour,
Quelques vers en l’honneur de ce jeu sans malice.

Que m’importe ce lien dépourvu d’avenir,
À moi qui peux entrer dans l’univers d’Alice
D’où la Reine de Coeur ne saurait me bannir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 21 août 2022 à 11h25

Le seigneur de Pétaouchnok
----------

J’ai reçu pour domaine un petit coin de terre,
Je ne suis qu’un baron, je ne suis pas un roi ;
Mon territoire vit sous de paisibles lois,
Je parviens à m’entendre avec mes feudataires.

Un prêtre m’a transmis son goût pour les mystères,
Je n’en suis pas encore à partager sa foi ;
Je suis assez prudent, je crois ce que je vois,
Et non ce qu’autrefois des bardes racontèrent.

Certes, je fus crédule, au temps de mes amours,
Car je tenais pour vrais les mots des troubadours
Quand d’une vie commune ils chantaient les délices.

Je ne regrette rien, j’ai de beaux souvenirs,
Même si, certains jours, j’ai bu le noir calice
Offert par Cupidon, quand il nous veut punir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 mars 2024 à 12h16

Maître Hippotaure
----------------

Le calme règne sur mes terres,
Chacun s’y sent comme chez soi ;
Nul n’y transgresse aucune loi,
En taverne on s’y désaltère.

Modestes sont les dignitaires,
Assidus aux lieux où l’on boit ;
Leur pouvoir n’est pas d’un grand poids,
Leur quotidien n’est pas austère.

Nous goûtons le plaisir d’amour
Au son du luth des troubadours ;
C’est merveilleux, c’est un délice.

La tristesse, il faut la bannir,
Il faut éloigner ce calice ;
Le mal, il faut s’en abstenir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Dame de flamme le 2 mars 2024 à 19h07

Il fut prince autrefois, cueillant la marguerite,
Osant plus d’une rime et plus d’un madrigal ;
Ces écrits, me dit-on, dans un coffre il abrite.

http://paysdepoesie.wordpress.com/

:-)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Gаutiеr : Quеstiоns

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

Εdmоnd Hаrаuсоurt

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Rоllinаt : Lа Сhèvrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Sоus lе сristаl d’unе аrgеntеusе rivе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Jе brûlе аvес mоn âmе...» (Αubigné)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе