Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
De Myrte et de Laurier feuille à feuille enserrés
Hélène entrelaçant une belle Couronne,
M’appela par mon nom : Voilà que je vous donne,
De moi seule, Ronsard, l’écrivain vous serez.
 
Amour qui l’écoutait, de ses traits acérés
Me pousse Hélène au cœur, et son Chantre m’ordonne :
Qu’un sujet si fertil’ votre plume n’étonne :
Plus l’argument est grand, plus Cygne vous mourrez.
 
Ainsi me dit Amour, me frappant de ses ailes :
Son arc fit un grand bruit, les feuilles éternelles
Du Myrte je sentis sur mon chef tressaillir.
 
Adieu, Muses, adieu, votre faveur me laisse :
Hélène est mon Parnasse : ayant telle Maîtresse,
Le Laurier est à moi, je ne saurais faillir.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 7 mars 2021 à 13h54

Clé d’un petit roi prudent
--------------

Dans cet obscur placard est mon sceptre doré,
Puis quand je vais dormir j’y pose ma couronne ;
J’y range par ailleurs les rubans qu’on me donne,
Même ceux que jamais je ne veux arborer.

En bas, c’est un tiroir pour mon glaive acéré
Que je sors du fourreau quand le destin l’ordonne ;
Aussi l’anneau divin, qui point ne m’abandonne,
Et la chape de bure et le bâton ferré.

Ça ferme avec ma clé, protectrice fidèle,
Faite de bon métal, noble en est le modèle ;
Vainement l’on viendrait mon placard assaillir.

Ce n’est pas un réduit, c’est une forteresse
Bien digne d’abriter Artémis chasseresse ;
Je suis un roi prudent, je ne saurais faillir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada en Héraldie le 8 mars 2021 à 22h18

Le terrier vu de près tend à s’empoussiérer
Tout le temps, mais du temps on n’en a pas des tonnes ;
C’est souvent fatiguant ce réel qui gloutonne,
Un chemin dans le noir appelle à s’égarer.                        

Nul besoin de se voir par trop désespéré,
Être comme l’oreille où trop de trucs bourdonnent
Qui se délecterait d’un yaourt de consonnes
Sur un Dies Irae ou un Miserere.

Un regard extérieur n’y verrait que paresse
Alors que se soulève une prenante ivresse ;
Morphée est assommé, poussé à défaillir.

Un papier, un stylo, se coupe la ficelle,
Un dico pas trop lourd, se lève la nacelle,
Aux courants imprévus, la laisser tressaillir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 10 mars 2021 à 14h18

En effet, il n’y a pas à désespérer :
On est, ma foi, charmé, par ce sonnet qui sonne
Fort gracieusement ; hardi, pas monotone –
Entaché toutefois d’un choix prématuré.

La mécanique avait pourtant bien démarré :
L’alexandrin vrombit, le poème ronronne,
Mais là, dans les tercets, voilà que ça déconne,
Même si les lecteurs n’en ont rien à cirer.

Voilà qu’inopinée, au lieu d’ « -elle », s’empresse
La rime inopinée et insolente en « -esse » ;
Ce vent de liberté m’aura fait tressaillir.

Où s’attendait la laisse, on n’eut que la ficelle ;
Au lieu de soupe épaisse, un seul chou de Bruxelles...
Un trait de génie ? Oui, de « Génie sans bouillir ».


(Sans rancune, j’espère...)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 10 mars 2021 à 14h31

Ah ben du coup j’ai merdé moi aussi, j’ai mis deux fois "inopinée". La deuxième fois, lire :

La rime intempestive et insolente en « -esse » ;

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 10 mars 2021 à 16h29

La chute

Dans son long manteau bleu, aux ornements dorés,
Comme l’est sur sa tête, une haute couronne,
Une cartomancienne, emplie de chagrin, donne
Toute son affection à son fils adoré.

Lové contre son cœur, il a les dents serrés,
Du sang souille son crâne, il est pâle, il frissonne,
Son père, à ses côtés, aux pleurs s’abandonne,
Le saltimbanque y voit un cas désespéré.

Le jeune équilibriste, imitait l’hirondelle,
En hauteur, sur un fil, qui lui fut infidèle,
Le choc qui s’ensuivit fait, l’enfant, défaillir.

Tous, autour des parents, partagent la détresse,
Sauf la chouette enchainée à la devineresse,
Qui leur en veut bien trop, pour, leur peine, accueillir.



https://misquette.wordpress.com/2021/03/10/la-chute-2/

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada en Héraldie le 11 mars 2021 à 21h29

Ha Jadis, je ris ! Merci pour tous ces compliments.
Il n’y avait que vous pour remarquer l’anarque, mais je pensais que vous n’étiez plus là. Me voilà rassurée.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 11 mars 2021 à 22h09

Intriguant Jadis
Belle plume, on aime s’attarder
Puis il disparait . .
Anonymous Fake (Euh ou Fawkes sorry :-)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе