Ronsard

Les Amours, 1552



Dans le serein de sa jumelle flamme
Je vis Amour, qui son arc débandait,
Et sur mon cœur le brandon épandait,
Qui des plus froids les moelles enflamme.
 
Puis çà puis là près les yeux de ma dame
Entre cent fleurs un rets d’or me tendait,
Qui tout crépu blondement descendait
À flots ondés pour enlacer mon âme.
 
Qu’eussè-je fait ? L’Archer était si doux,
Si doux son feu, si doux l’or de ses nœuds,
Qu’en leurs filets encore je m’oublie :
 
Mais cet oubli ne me tourmente point,
Tant doucement le doux Archer me point,
Le feu me brûle, et l’or crêpe me lie.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 10 juin 2020 à 12h28

Ornithodoxie
----------

Ce vieux phénix, il n’aime que sa flamme,
Tout comme si sa vie en dépendait ;
Lui qui déjà son brasier attendait
Au temps lointain où jeune fut son âme.

Le feu dansant fut comme un calligramme
D’un fier pinceau qui du ciel descendait ;
Le bel oiseau point ne s’en défendait,
Il fut heureux comme avec une femme.

Brûler ainsi n’est pas un rêve fou,
Tu peux ainsi retourner au grand Tout
Sans que pourtant tes frères ne t’oublient.

Car toute vie doit passer par ce point,
Le mieux serait de ne le craindre point,
Lui qui de tant de choses nous délie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 décembre 2021 à 12h36

Flamme de sinople
-----------

Rien n’est plus vert que cette étrange flamme
Qui en Eden sa clarté répandait ;
L’ombre nocturne, elle la pourfendait,
Illuminant les ténèbres des âmes.

Dans son contour, je vois un tétragramme,
Je vois les mots que Moïse entendait ;
Je vois les vers que Salomon scandait,
J’entends Adam parlant à ses deux femmes.

Dieu peut guider les sages et les fous,
Il peut créer l’éclair qui brûle tout,
Ou ce vert feu, que j’aime à la folie.

Il renferma l’univers en un point,
La flamme, alors n’y manquait pourtant point,
Qui par Satan ne peut être abolie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 septembre 2022 à 11h22

Combustion
--------

D’un bois très sec fut vivante la flamme,
Et bienvenue, car le soir descendait ;
Ce feu dansant le monde transcendait,
Un réconfort pour le corps et pour l’âme.

Jadis venait ici la noble Dame
Qui le latin et le grec entendait ;
À ses faveurs un barde prétendait,
Qui d’un refus jamais ne fit un drame.

Il était sage, il était un peu fou,
Lui qui souvent ne faisait rien du tout ;
Pour tout pécule il avait sa folie.

La Dame l’a repris sur plusieurs points,
Mais tu sauras qu’il ne s’en vexa point ;
Ils ont vécu loin de Mélancolie.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Grеniеrs (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Dе sоins mоrdаnts еt dе sоuсis divеrs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Quоi ? qu’еst-се quе сесi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Jаdis sur «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...» (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе