Ronsard

Nouvelles poésies, 1563


Chanson


 
Quand ce beau printemps je vois,
              J’aperçois
Rajeunir la terre et l’onde,
Et me semble que le jour
              Et l’amour,
Comme enfants, naissent au monde.
 
Le jour, qui plus beau se fait,
              Nous refait
Plus belle et verde la terre :
Et Amour, armé de traits
              Et d’attraits,
En nos cœurs nous fait la guerre.
 
Il répand de toutes parts
              Feu et dards,
Et dompte sous sa puissance
Hommes, bêtes et oiseaux,
              Et les eaux
Lui rendent obéissance.
 
Vénus, avec son enfant
              Triomphant
Au haut de son coche assise,
Laisse ses cygnes voler
              Parmi l’air
Pour aller voir son Anchise.
 
Quelque part que ses beaux yeux
              Par les Cieux
Tournent leurs lumières belles,
L’air qui se montre serein
              Est tout plein
D’amoureuses étincelles.
 
Puis en descendant à bas,
              Sous ses pas
Naissent mille fleurs écloses :
Les beaux lys et les œillets
              Vermeillets
Rougissent entre les roses.
 
Je sens en ce mois si beau
              Le flambeau
D’Amour qui m’échauffe l’âme,
Y voyant de tous côtés
              Les beautés
Qu’il emprunte de ma Dame.
 
Quand je vois tant de couleurs
              Et de fleurs
Qui émaillent un rivage,
Je pense voir le beau teint
              Qui est peint
Si vermeil en son visage.
 
Quand je vois les grands rameaux
              Des ormeaux
Qui sont lacés de lierre,
Je pense être pris ès lacs
              De ses bras,
Et que mon col elle serre.
 
Quand j’entends la douce voix
              Par les bois
Du gai Rossignol qui chante,
D’elle je pense jouir
              Et ouïr
Sa douce voix qui m’enchante.
 
Quand je vois en quelque endroit
              Un pin droit,
Ou quelque arbre qui s’élève.
Je me laisse décevoir,
              Pensant voir
Sa belle taille et sa grève.
 
Quand je vois dans un jardin
              Au matin
S’éclore une fleur nouvelle,
J’accompare le bouton
              Au téton
De son beau sein qui pommelle.
 
Quand le soleil tout riant
              D’Orient
Nous monstre sa blonde tresse,
Il me semble que je vois
              Devant moi
Lever ma belle Maîtresse.
 
Quand je sens parmi les prés
              Diaprés
Les fleurs dont la terre est pleine,
Lors je fais croire à mes sens
              Que je sens
La douceur de son haleine.
 
Bref, je fais comparaison
              Par raison
Du Printemps et de m’amie :
Il donne aux fleurs la vigueur,
              Et mon cœur
D’elle prend vigueur et vie.
 
Je voudrais, au bruit de l’eau
              D’un ruisseau
Déplier ses tresses blondes,
Frisant en autant de nœuds
              Ses cheveux,
Que je verrais friser d’ondes.
 
Je voudrais, pour la tenir,
              Devenir
Dieu de ces forêts désertes,
La baisant autant de fois
              Qu’en un bois
Il y a de feuilles vertes.
 
Ha, Maîtresse mon souci,
              Viens ici,
Viens contempler la verdure ;
Les fleurs, de mon amitié
              Ont pitié,
Et seule tu n’en as cure.
 
Au moins lève un peu tes yeux
              Gracieux,
Et vois ces deux colombelles,
Qui font naturellement,
              Doucement,
L’amour, du bec et des ailes :
 
Et nous, sous ombre d’honneur,
              Le bonheur
Trahissons par une crainte :
Les oiseaux sont plus heureux
              Amoureux
Qui font l’amour sans contrainte.
 
Toutefois ne perdons pas
              Nos ébats
Pour ces lois tant rigoureuses :
Mais si tu m’en crois, vivons,
              Et suivons
Les colombes amoureuses.
 
Pour effacer mon émoi,
              Baise-moi,
Rebaise-moi, ma Déesse ;
Ne laissons passer en vain
              Si soudain
Les ans de notre jeunesse.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Lе Ρеignе

Νаdаud : Viеillе histоirе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

☆ ☆ ☆ ☆

Guérin : «Αh ! Sеignеur, Diеu dеs сœurs rоbustеs, répоndеz !...»

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоirs d’ехil (Οsmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis lе tristе Οisеаu dе lа nuit sоlitаirе...» (Lа Rоquе)

De Jаdis sur «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...» (Hugо)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе