Ronsard

Sonnets pour Hélène, 1578



 
Ces cheveux, ces liens, dont mon cœur tu enlaces,
Gresles, primes, subtils, qui coulent aux talons,
Entre noirs et châtains, bruns, déliés et longs,
Tels que Vénus les porte, et ces trois belles Grâces ;
 
Me tiennent si étreints, Amour, que tu me passes
Au cœur, en les voyant, cent pointes d’aiguillons,
Dont le moindre des nœuds pourrait des plus fêlons
En leur plus grand courroux arrêter les menaces.
 
Cheveux non achetés, empruntés ni fardés,
Qui votre naturel sans feintise gardez,
Que vous me semblez beaux ! Permettez que j’en porte
 
Un lien à mon col, à fin que sa beauté,
Me voyant prisonnier lié de telle sorte,
Se puisse témoigner quelle est sa cruauté.
 

Commentaire(s)
Déposé par Pouille le 3 mars 2013 à 15h04

j’aimerais savoir sur quel site je pourrais avoir la décortication de ce poeme

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 mars 2013 à 13h33

Je veux bien entamer la décortication :


(R1) Ces cheveux, ces liens, dont mon cœur tu enlaces

(C1) Ici une classique métaphore,
         les cheveux servent à ligoter.
        Voir aussi Du Bellay "Ces Cheveux d’or
        sont les Liens Madame,
      Dont fut premier
      ma Liberté surprise" etc.

(R2) Gresles, primes, subtils, qui coulent aux talons

(C2) Développement de la métaphore,
             insistant sur la finesse et la grande longueur
                 des liens en question.

(R3) Entre noirs et châtains, bruns, déliés et longs

(C3) Reprise (finesse et longueur) et indication de la couleur

(R4) Tels que Vénus les porte, et ces trois belles Grâces

(C4) Quatre références mythologiques
           (Aphrodite, Euphrosyne, Thalie et Aglaé),
         traditionnellement porteuses de beaux cheveux.

(R5) Me tiennent si étreints, Amour, que tu me passes
     Au cœur, en les voyant, cent pointes d’aiguillons

(C5) Précision sur la force du lien,
        équivalent à cent hameçons
           plantés dans le muscle cardiaque.

(R6) Dont le moindre des nœuds pourrait des plus félons
      En leur plus grand courroux arrêter les menaces.

(C6) Sachant qu’un seul ce ces hameçons
             pourrait suffire à maîtriser un individu malveillant et déchaîné.

(R7) Cheveux non achetés, empruntés ni fardés,
Qui votre naturel sans feintise gardez

(C7) De tels cheveux se montrent tels que la nature les a créés.

(R8) Que vous me semblez beaux ! Permettez que j’en porte
        Un lien à mon col

(C8) À cause de leur beauté,
            l’auteur souhaiterait s’en faire une cravate...


(R9) à fin que sa beauté,
      Me voyant prisonnier lié de telle sorte

(C9) ...et, la corde ainsi mise au cou, se présenter à sa douce amie...

(R10) Se puisse témoigner quelle est sa cruauté

(C10) ...pour qu’elle prenne conscience du cruel traitement qu’elle fait subir à l’infortuné poète.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par MxelleAdele le 6 mars 2013 à 15h35

Merci CochonFucius, sa ma beaucoup aider, Est ce que tu peut me dire a qui s’adresse Ronsard dans le 1er tercets ? Sil te plaiiit !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 mars 2013 à 16h25


À son amie Hélène de Surgères.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 mars 2013 à 16h28


Ou plus précisément, aux cheveux de son amie.

"Chers cheveux, permettez-moi d’entourer mon col d’une de vos mèches, afin que votre maîtresse constate mes sentiments pour elle".

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Tignass le 6 mai 2013 à 14h33

Merci Cochonfucius pour cette analyse détaillée !!
Je crois que beaucoup d’étudiants te remercient ;)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Léacah le 11 juin 2013 à 22h26

Oui oui effectivement je te remercie aussi

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 février 2017 à 15h37

Le Seigneur de Grisaille
--------------------------------

Le Seigneur de Grisaille a la mine bien lasse ;
Des errances sans nombre ont usé ses talons,
Il connaît de son fief les chemins courts et longs,
Qu’ils poudroient au soleil, ou soient couverts de glace.

Grisaille est avec lui par tout point où il passe,
Même quand à trinquer l’invite Madelon ;
D’où lui vient cet état ? Sa tristesse, selon
Son patient confesseur, toutes autres surpasse.

Mais en joyeux luron devrait-il se farder ?
C’est son air naturel qu’il désire garder,
Qui aussi bien lui va que les habits qu’il porte.

Cependant, n’ayez crainte, il est sans cruauté ;
Même, il sourit parfois devant une beauté
Passant auprès de lui, et se montrant accorte.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 novembre 2017 à 11h53

Ambidrome
------------

L’ambidrome en Garonne, à la saison des glaces,
Il ne craint pas d’avoir l’hiver à ses talons ;
Il connaît du cours d’eau les courants courts et longs,
Oeil toujours aux aguets, nageoire jamais lasse.

Le pêcheur, surveillant toute place où il passe,
N’a plus le temps de boire avec la Madelon ;
Il guette sa venue, car ce poisson, selon
Les meilleurs cuisiniers, tous les autres surpasse.

Il est insaisissable, il ne faut le farder,
Il peut sa liberté paisiblement garder,
Vers le grand Océan, la Garonne l’ emporte.

Il ne craint du cuistot la vaine cruauté ;
Mais du fleuve éternel il goûte la beauté
De l’estuaire aussi, qu’il appelle une porte.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Gаutiеr : Lеs Αссrосhе-сœurs

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе

Gilkin : Lа Саpitаlе

Ιwаn Gilkin

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt аfriсаin еt gаstrоnоmiquе

Βоukау : Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt

☆ ☆ ☆ ☆

Соuté : Lе Сhаmp d’ nаviоts

Lа Сеppèdе : «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...»

Βruаnt : Соnаssе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Fоurеst : Unе viе

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Fоurеst : Ιphigéniе

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Fоurеst : Flеurs dеs mоrts

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Dе prоfundis сlаmаvi (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Τоrtuе (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Jоurnаl dе l’аvеnir (Сrоs)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Βоnјоur tristеssе sur Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt (Βоukау)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Νаdiа sur Εnсоrе сеt аstrе (Lаfоrguе)

De Сrо’Οdilе sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе