Ronsard

Les Amours, 1552



Ange divin, qui mes plaies embaume,
Le truchement et le héraut des dieux,
De quelle porte es-tu coulé des cieux,
Pour soulager les peines de mon âme ?
 
Toi, quand la nuit par le penser m’enflamme,
Ayant pitié de mon mal soucieux,
Ore en mes bras, ore devant mes yeux,
Tu fais nager l’idole de ma Dame.
 
Demeure, Songe, arrête encore un peu !
Trompeur, attends que je me sois repu
De ce beau sein dont l’appétit me ronge,
 
Et de ces flancs qui me font trépasser :
Sinon d’effet, souffre au moins que par songe
Toute une nuit je les puisse embrasser.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 27 juin 2015 à 10h50

Anges sonneurs
--------------------

Anges du ciel d’azur, les accords de la gamme
Dansent au carillon sonnant en ce saint lieu ;
Comme des feuilles d’arbre, ils descendent des cieux
Jusqu’à notre humble église, et tintent dans notre âme.

Alors que notre esprit en prière s’enflamme,
Vers le ciel bienveillant chacun lève les yeux,
Chacun, dedans son coeur, abrite un songe pieux,
Une pensée d’amour, qu’inspire Notre-Dame.

Le pilier de comptoir jamais n’eut assez bu,
L’ogre de la forêt jamais ne fut repu :
Ainsi, du son divin, le vrai désir nous ronge,

Et nos invocations volent, sans se lasser,
Bénissant les humains, vivants et trépassés,
Tant pis, donc, si cela ne se produit qu’en songe.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 31 octobre 2018 à 20h20

Ange songeur
----------

Ange songeur, qui chantonnes la gamme,
Tout le cosmos pour toi est un saint lieu ;
Tu vis ici, tu ne vis pas aux cieux,
Tu veux, de près, prendre soin de nos âmes.

Quand ton esprit en délire s’enflamme,
Le Paradis se reflète en tes yeux ;
Mais tu n’es pas, pourtant, un ange pieux,
Tu n’es qu’un simple amant de Notre Dame.

Or, le calice, autrefois tu l’as bu ;
Du corps de Dieu, jamais tu n’es repu,
Toi qu’un désir, pourtant, jamais ne ronge,

Et Lucifer cherche, sans se lasser,
À faire en toi cet amour trépasser ;
Est-il plus fort, lui, qu’un ange qui songe ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 juillet 2019 à 11h24

Ange improvisateur
------------------

Ange trop tendre, on te dit polygame,
Car on t’a vu draguer en divers lieux ;
Serais-tu donc un esprit malicieux
De qui nous vient la perdition de l’âme ?

Saintes ou non, toujours tu les enflammes,
Tu fais briller et s’agrandir leurs yeux ;
Dans les bas-fonds, dans les nobles milieux,
Tu te choisis les plus charmantes dames.

En leur honneur, souvent, tu as bien bu,
Car ton désir, qui n’est jamais repu,
Savoure aussi la bonne bière blonde.

Or, si tu peux aimer, sans te lasser
Ces corps charmants, que tu sais embrasser,
Tu es porteur de sagesse profonde.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 juillet 2020 à 12h01

Ange-Boeuf
-------------

C’est l’Ange-Boeuf, nourri de cryptogames,
Passant ses jours au service de Dieu ;
C’est la douceur qui brille dans ses yeux,
Et même aussi la pureté de l’âme.

De l’inframonde, il ignore les flammes,
Son vol plané le porte en d’autres lieux ;
Il est puissant, mais il est déjà vieux
Et toutefois il plaît toujours aux dames.

Avec cet ange en taverne j’ai bu,
Car il m’a dit « Ce n’est pas un abus »;
Nous bénissons les plaisirs de ce monde.

Il combattit, dans un lointain passé,
Les noirs démons par milliers entassés ;
Il leur creusa plusieurs tombes profondes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе