Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Tempête obscure



L’orage, après de longs repos,
Ce soir-là, par ses deux suppôts,
 
La nuée et le vent qui claque,
Se présageait pour l’onde opaque.
 
Grondante sous le ciel muet,
Par quintes, la mer se ruait ;
 
Puis, elle se tut, la perfide,
Reprit son niveau brun livide.
 
Malheur aux coquilles de noix
Alors sur l’élément sournois
 
D’un plat, d’un silence de planche,
Risquant leur petite aile blanche !
 
Car, on le sent à l’angoissé,
Au guettant de l’air oppressé,
 
La paix du gouffre qui se fige
Couve la trame du vertige ;
 
Si calme en dessus, ses dessous
Cherchent, ramassent leurs courroux.
 
En effet, soudain l’eau tranquille
Bomba sa face d’encre et d’huile,
 
Perdit son taciturne intact,
Prit un clapotement compact.
 
Et voilà qu’à rumeurs funèbres
La tempête emplit les ténèbres.
 
Mais, pas un éclair zigzaguant :
Rien que l’obscur de l’ouragan !
 
Ballottée en ce ciel de bistre
La lune folle, errant sinistre,
 
Comme une morte promenant
Sa lanterne de revenant,
 
À hideuses lueurs moroses
Éclairait ce drame des choses.
 
Souffle monstre, outrant sa fureur,
Le vent démesurait l’horreur
 
Des montagnes d’eau dont les cimes
Pivotaient, croulant en abîmes
 
Qui, l’un par l’autre chevauchés,
Distordus, engloutis, crachés,
 
Redressaient leurs masses béantes
En Himalayas tournoyantes,
 
Spectrales des froids rayons verts
Se multipliant au travers.
 
Et, toujours, la houle élastique
Réopérait plus frénétique
 
La métamorphose des flots
Dans des tonnerres de sanglots.
 
Vint alors tant d’obscurité
Que ce fracas précipité
 
N’était plus que la plainte immense,
La clameur du vide en démence.
 
Puis, l’astre blêmissant, terni,
Sombra dans le noir infini
 
Où son vert-de-gris jaune-soufre
Se convulsait avec le gouffre.
 
Les vagues par leurs bonds si hauts
Brassaient le ciel dans le chaos ;
 
Tout tourbillonnait : l’eau, la brume,
La voûte, les airs et l’écume,
 
Tout : fond, sommet, milieu, côtés
Dans le pêle-mêle emportés !
 
Tellement que la mer, les nues,
Étaient par degrés devenues
 
Un même et confus océan
Roulant tout seul dans le Néant.
 
Et, pour l’œil comme pour l’oreille,
Existait l’affreuse merveille,
 
L’âme vivait l’illusion
De cette énorme vision,
 
Tout l’être croyait au mensonge
Du terrible tableau mouvant
 
Qu’avec l’eau, la lune, et le vent,
La Nuit composait pour le Songe.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Fils du Τitiеn (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе guеrrе (Ρéguу)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе