Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Le Bon Curé


 
Le fossoyeur me dit : « Cert’ ! je n’suis pas dévot.
Mes sentiments là-d’sus sont quasiment les vôtres,
Ça n’empêch’ que, comm’ vous, j’ai le m’surag’ qu’i’ faut,
Et que j’sais rend’ justice aux prêtr’ tout comme aux autres.
 
            On avait d’la r’ligion naguère !
            La faute à qui si c’est perdu ?
            J’m’en dout’ ! mais j’sais q’pour êtr’ bien vu,
            Comm’ not’ curé, yen n’a pas guère.
 
            C’est pas un palot d’presbytère.
            C’est un fort rougeaud qu’aim’ le vin ;
            C’qui prouv’ que s’i’ tient au divin
            I’ n’mépris’ pas non plus la terre.
 
            I’ faut deux homm’ dans un’ commune :
            L’mair’ qui doit toujours, à ses frais,
            Aller, v’nir pour nos intérêts,
            Fair’ les act’ de chacun, d’chacune.
 
            Puis un autr’, not’ cœur en plus bon,
            Qui jamais n’accuse et n’maudisse,
            Ayant plus d’pardon que d’justice,
            Et mêm’ plus d’oubli que d’pardon.
 
            Eh ben ! lui, sans bruit, sans éclat,
            Doux, simpl’ comm’ l’enfant qui vient d’naître,
            Not’ curé qui reste homm’ sous l’prêtre,
            De tous points, c’est c’te conscienc’-là !
 
            La politique et les familles
            I’ les laiss’ fair’, s’en occup’ pas.
            C’est pas lui qui défend aux gars
            D’boir’ ni d’danser avec les filles.
 
            Ses manièr’ ma foi ! sont les nôtres,
            En plus civilisé, plus doux,
            C’est censément un comm’ nous autres
            Qu’aurait son âm’ meilleur’ que nous.
 
            Qu’on n’lui caus’ pas ou qu’on lui cause,
            Croyez pas c’qui prêch’, croyez-y,
            Il est vot’ ami, sic ainsi,
            I’ vous oblig’ra la mêm’ chose.
 
            Ni son gest’, ni son œil vous couvent.
            C’est l’homm’ natur’, ni sucr’, ni miel,
            Pas plus qu’i’ n’est vinaigr’, ni fiel,
            C’est toujours simple et net qu’on l’trouve.
 
            Démarch’ d’aspic ou d’écrevisse,
            Manèg’ soupl’, finassier, adroit ?
            C’est pas son affaire ! I’ march’ droit
            Et pens’ tout uniment sans vice.
 
            Il a beau n’pas fair’ de promesse,
            On peut toujours compter sur lui.
            Pour rend’ service, en plein minuit,
            Toujours prêt, comm’ pour dir’ sa messe.
 
            I’ dit, pour excuser les hommes,
            Qu’ya des crim’ qui vienn’ de not’ sang,
            Et q’sans les Esprits malfaisants
            On s’rait pas si mauvais q’nous sommes.
 
            C’lui-là ! c’est l’plus vrai des apôtres :
            Pas seul’ment i’ l’parle et l’écrit,
            Mais i’ l’pratiq’ comm’ Jésus-Christ
            Son aimez-vous les uns les autres !
 
            La ment’rie est pas un’ ressource
            Pour ce cœur qui, n’pensant pas d’mal,
            R’luit si clair dans son œil égal,
            Comm’ du sable au carreau d’un’ source.
 
            Sans jamais rien qui vous accroche
            Dans son air qu’est toujours pareil,
            D’la main, d’la bourse, et du conseil,
            I’ vous aide, et jamais d’reproche !
 
            I’ nous aim’ ben tous, en ayant
            Pour les pauv’ plus d’sollicitude,
            Comm’ font les bonn’ mèr’, d’habitude,
            Pour leur petit qu’est l’moins vaillant.
 
            L’méchant journalier qui bricole,
            Pâtr’, braconniers, lui tend’ la main.
            I’ rit, d’vient enfant, par les ch’mins,
            Avec les p’tits garçons d’l’école.
 
            À tous ceux passants d’mauvais’ mine
            I’ caus’, donn’ de bons expédients,
            Trait’ les ch’mineaux, couch’ les mendiants,
            Sans peur du vol et d’la vermine.
 
            Au r’bours de ses confrèr’ pat’lins
            I’ n’dit pas un’ parole amère
            À l’épous’ trompeuse, aux fill’ mères.
            I’ les s’court autant qu’i’ les plaint.
 
            I’ n’souhait’ pas du malheur aux riches,
            Mais, chez eux, i’ n’prend pas d’repas,
            Avec eux aut’ qu’i’ n’fréquent’ pas
            D’ses compliments s’rait plutôt chiche.
 
            Eux ? n’est-c’ pas ? i’s ont ben d’quoi faire
            Avec leur science et leur argent !
            Mais l’humb’ méprisé, l’indigent,
            Et l’simpl’ d’esprit : v’là son affaire !
 
            Ça fait qu’on a tell’ment l’désir
            De s’racquitter, q’plus d’un qui nie
            Assiste à ses cérémonies,
            Tout bonn’ment pour lui fair’ plaisir.
 
            I’ sait q’yen a que l’destin visse
            Au mal comme au malheur têtu,
            Qu’vaut mieux trop d’compassion du vice
            Que trop d’encens’ment d’la vertu.
 
            C’est pour ça qu’i’ n’a d’blâme à dire
            Que cont’ ceux gens secs et railleurs
            Qui, s’croyant toujours les meilleurs,
            Trouv’ toujours q’les aut’ sont les pires.
 
            Un cœur, à la longu’, laisse un’ teinte
            Sus l’vôt’, soit en mal, soit en bien.
            Ceux qu’ont l’bonheur d’battr’ près du sien
            Un jour ou l’aut’ prenn’ son empreinte.
 
            C’est pas c’qui nous dit dans son temple
            Qui nous rend plus just’ et moins r’tors.
            C’est l’brave homm’ qu’il est au dehors
            Qui nous touch’ par son bel exemple.
 
            C’t homm’ noir qu’est bâti d’not’ argile
            I’ nous donn’ plus d’moralité
            Avec les act’ de sa bonté
            Qu’avec ses lectur’ d’évangile.
 
            Pour finir, v’lez-vous que j’vous dise ?
            À partir du jour d’aujourd’hui,
            Q’tous les curés soient tels que lui...
            Faudra ragrandir les églises ! »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «L’аmоur nоus fаit trеmblеr...» (Guérin)

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе