Rollinat

Paysages et paysans, 1899


La Femme stérile



Ses jupons troussés court comme sa devantière,
          Sous ses gros bas bleus bien tirés
          Laissant voir ses mollets cambrés
          À mi-chemin des jarretières,
          S’en vient près du vieux cantonnier
          La femme rousse du meunier :
          Cheveux frisés sur des yeux mièvres,
          Blanche de peau, rouge de lèvres,
          Le corsage si bien rempli
          Qu’il bombe aux deux endroits, sans pli,
          Cotillon clair moulant énormes
          Le callipyge de ses formes.
Voilà ce qu’elle dit alors au père Pierre
          En train de casser de la pierre :
 
          « Voyez ! si l’on n’a pas d’malheur,
          Et si n’faut pas que l’diab’ s’en mêle !
          J’suis pourtant un’ solid’ femelle,
          En plein’ force et dans tout’ sa fleur,
 
          Eh ben ! yaura six ans à Pâques
          Que j’somm’ mariés, et q’tels qu’avant,
          Nous pouvons pas avoir d’enfant !
          Ça s’ra pour c’te fois, disait Jacques,
 
          Mais toujou sans p’tit le temps passa...
          Et qu’on en voudrait tant un ! Dame !
          C’est pas d’not’ faut’ ! l’homme et la femme
          On fait ben tout c’qui faut pour ça.
 
          J’ai fait dir’ des mess’ de pèl’rins,
          Brûler des cierg’ aux saints, aux saintes,
          Dans des églis’ en souterrains,
          Mais ouah ! j’suis pas d’venue enceinte.
 
          Les prièr’ ? les r’mèd’ de tout’ sorte ?
          Méd’cins ? Curés ? n’m’ont servi d’rin.
          J’suis tell’ comme un mauvais terrain
          Qu’on ens’menc’ ben sans qu’i’ rapporte.
 
          Et vrai ! C’est pourtant pas qu’on triche !
          Mais, des fois, vous q’êt’s’ un ancien.
          Si vous connaissiez un moyen ?
          Faut me l’donner ! mon pèr’ Pierriche. »
 
          Alors, le vieux lâchant sa masse,
          À genoux sur son tas, voûté,
          Lui répond avec la grimace
          Du satyre qu’il est resté,
 
          La couvant de son œil vert brun
          Qui lèche, tâte, enlace, vrille :
          « Sais-tu c’que t’as à fair’, ma fille ?
          Eh ben ! faut aller à l’emprunt. »
 
          Et la meunière aux yeux follets,
          Qui sait ce que parler veut dire,
          S’écrie en éclatant de rire :
          « Vous seriez l’prêteur, si j’voulais.
 
          Hein ? fiez-vous donc à c’bon apôtre !
          Mais j’veux pas d’vous, vieux scélérat ! »
          Et lui : « T’as ma r’cett’ qui pourra
          P’t’êt’ ben t’servir avec un autre. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βоhémiеns еn vоуаgе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin pеrdu (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Ρеtitеs bоuсhеs (Αutrаn)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе