Rollinat


L’Enjôleur


 
Loin des oreilles importunes,
Le gars mangeant avec le vieux,
D’un ton fier et malicieux
Lui conte ses bonnes fortunes,
De quelle sorte il fait sa cour,
Et ce qu’il pense de l’amour.
 
« Oui ! j’ai tout’ les fill’, mon pèr’ Jacques !
N’import’ laquell’, quand j’la veux bien !
L’ignorant’, l’instruit’, cell’ qui s’tient,
Comm’ la dévot’ qui fait ses pâques.
 
Q’ça soit l’cœur ou l’Diab’ qui s’en mêle,
L’amour comm’ la mort prend chacun.
Si deux corps d’vaient pas en fair’ qu’un
Yaurait pas des mâl’ et des f’melles !
 
Cont’ le sang, s’i’ veut qu’on s’unisse,
Tout’ les plus bonn’ raisons val’ rin :
I mèn’ le gars comme un taurin
Et la pucell’ comme un’ génisse.
 
Yen n’a pas un’ qui n’rêv’ d’un homme,
D’un qu’ell’ connaît pas, mais qu’ell’ sent ;
Pas un’ qui n’s’endorme y pensant,
Et qui n’y r’pense après son somme !
 
Les difficil’ sont cell’ qui s’parent,
Dans’ entre ell’, s’distraient des garçons,
Les accueill’ avec des chansons,
Comme avec des rir’ s’en séparent.
 
Oui ! mais aux sons d’la cornemuse,
J’batifole à leur volonté...
Et j’mets tant leur mine en gaieté
Que j’finis par la rend’ confuse.
 
En fait d’pucell’, viv’ l’eau dormante
La courant’ n’a pas l’temps d’songer,
Tandis que l’aut’, sans s’défiger,
Ça n’pens’ qu’au mal qui la tourmente.
 
L’désir amoureux s’y mijote,
Quoiqu’ell’ n’en desserr’ pas les dents...
On verrait d’sus c’qu’ell’ pense en d’dans :
C’est pour ça q’si ben ça s’cachotte.
 
C’est s’lon, c’est moins ou davantage,
Mais tout’ fill’, son sexe la tient.
L’amour y dort : un garçon vient...
Qui l’éveille à son avantage.
 
C’est c’que j’fais ! Ell’s ont beau s’défendre,
Moi, j’ai la natur’ dans mon jeu,
J’gratt’ la cendre et j’découv’ le feu ;
Seul’ment i’ faut savoir s’y prendre.
 
Faut choisir son jour et son heure,
La saison, l’endroit, pas s’presser.
Ça dépend ! yen a q’faut forcer !
Ces fois-là sont p’têt’ les meilleures.
 
À la façon d’trousser sa jupe,
D’arranger ses ch’veux sous l’bonnet,
À la march’, surtout, on r’connaît
L’temps qu’on mettra pour faire un’ dupe.
 
Avec les joyeus’ je sais rire,
Avec les trist’ je sais pleurer,
Tout en m’taisant, j’sais soupirer
Avec cell’ qui n’ont rien à dire.
 
J’not’ leur air franc ou saint’ nitouche,
Leur genre de silence ou d’caquet,
L’sec ou l’mouillé d’leurs deux quinquets,
Comm’ l’ouvert ou l’pincé d’leur bouche.
 
J’examin’ cell’ qui sont heureuses
D’porter, au cou, des p’tits enfants.
L’instinct d’êt’ mèr’ suffit souvent
Pour qu’un’ fill’ devienne amoureuse.
 
J’suis timide avec la pimbêche,
Rapide avec cell’ qu’a du sang,
Et, toujours, les contrefaisant,
Ya pas d’danger q’j’évent’ la mèche !
 
J’prends leur humeur, j’flatt’ leur manie,
Ell’ chang’ d’avis, moi pareill’ment.
Je n’leur donn’, sans jamais d’gên’ment,
Q’du plaisir dans ma compagnie.
 
Au fond, je m’dis et ça m’amuse :
Que j’suis pas plus menteur, vraiment !
Qu’ell’s autr’ qui m’voudraient pour amant
Et qui font cell’-là qui me r’fusent.
 
C’est mes r’gards seuls qui leur demandent
C’que j’désir’ d’ell’. Ma bouch’, ma main,
Seul’ment commenc’ à s’mettre en ch’min,
Quand leurs yeux m’dis’ qu’ell’ les attendent.
 
Dans ma prunell’ qui leur tend l’piège
R’culant d’abord ell’ veul’ pas s’voir,
Et puis, ell’ s’y mir’, sans pouvoir
S’désengluer du sortilège.
 
La bergèr’ sag’, la moins follette,
J’l’endors ! qu’elle en lâch’ son fuseau...
Comm’ l’aspic magnétis’ l’oiseau,
Comme un crapaud charme un’ belette.
 
C’est pourquoi, la pauvress’, la riche,
Tout’ fille, à mon gré, m’donn’ son cœur !
Ma foi ! j’me fie à ma vigueur,
J’en ai ben trop pour en êtr’ chiche !
 
D’autant plus que j’peux pas leur nuire...
Personn’ sait q’moi q’j’ai leur honneur
Et j’ai la chanc’, pour leur bonheur,
De libertiner sans r’produire ! »
 
Et le bon vieux dit : « Tu caus’ ben...
Quoiqu’ ça peut êtr’ de la vant’rie.
Moi non plus, pour la galant’rie,
À ton âg’ j’étais pas lambin.
Aussi vrai q’tous deux on déjeune
Tu t’amus’ras jamais plus jeune !
Ta folie est c’que fut la mienne.
Tu brûl’, mais glaçon tu d’viendras.
Crois-moi : prends-en l’plus q’tu pourras !
Ça t’pass’ra avant q’ça m’revienne ! »
 

Paysages et paysans, 1899

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Αpоlоgiе pоur Gеоrgеs Fоurеst

Βаudеlаirе : Splееn : «Jе suis соmmе lе rоi...»

Sаtiе : Οbstасlеs vеnimеuх

Lаmаrtinе : «Μоn сœur еst еn rеpоs...»

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоpil : Саntiquе : «Ρriаnt dеssus un mоnt оù lеs plus bеllеs сhоsеs...»

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Régniеr : Εn fоrêt

Rоllinаt : Lе Fасiès humаin

Lесоntе dе Lislе : Épiphаniе

☆ ☆ ☆ ☆

Hуspа : Lеs Сhаnsоnniеrs

Rоussеаu : Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе

Lесоntе dе Lislе : L’Αbеillе

Βаnvillе : Lа Ρаiх

Vеrlаinе : Jésuitismе

Vеrlаinе : Vеrs pоur êtrе саlоmnié

Соuté : L’Éсоlе

Lаrbаud : Μеrs-Εl-Kébir

Соppéе : «Lе sоlеil frоid dоnnаit un tоn rоsе аu grésil...»

Vеrlаinе : «Ρаrfums, соulеurs, sуstèmеs, lоis...»

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Jаdis sur «Μоn сœur еst еn rеpоs...» (Lаmаrtinе)

De Сосhоnfuсius sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Quе ј’аimе lе prеmiеr frissоn d’hivеr...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Dеuх оu trоis fоis biеnhеurеuх lе rеtоur...» (Lаbé)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе