Rollinat

Paysages et paysans, 1899


L’Enjôleur


 
Loin des oreilles importunes,
Le gars mangeant avec le vieux,
D’un ton fier et malicieux
Lui conte ses bonnes fortunes,
De quelle sorte il fait sa cour,
Et ce qu’il pense de l’amour.
 
« Oui ! j’ai tout’ les fill’, mon pèr’ Jacques !
N’import’ laquell’, quand j’la veux bien !
L’ignorant’, l’instruit’, cell’ qui s’tient,
Comm’ la dévot’ qui fait ses pâques.
 
Q’ça soit l’cœur ou l’Diab’ qui s’en mêle,
L’amour comm’ la mort prend chacun.
Si deux corps d’vaient pas en fair’ qu’un
Yaurait pas des mâl’ et des f’melles !
 
Cont’ le sang, s’i’ veut qu’on s’unisse,
Tout’ les plus bonn’ raisons val’ rin :
I mèn’ le gars comme un taurin
Et la pucell’ comme un’ génisse.
 
Yen n’a pas un’ qui n’rêv’ d’un homme,
D’un qu’ell’ connaît pas, mais qu’ell’ sent ;
Pas un’ qui n’s’endorme y pensant,
Et qui n’y r’pense après son somme !
 
Les difficil’ sont cell’ qui s’parent,
Dans’ entre ell’, s’distraient des garçons,
Les accueill’ avec des chansons,
Comme avec des rir’ s’en séparent.
 
Oui ! mais aux sons d’la cornemuse,
J’batifole à leur volonté...
Et j’mets tant leur mine en gaieté
Que j’finis par la rend’ confuse.
 
En fait d’pucell’, viv’ l’eau dormante
La courant’ n’a pas l’temps d’songer,
Tandis que l’aut’, sans s’défiger,
Ça n’pens’ qu’au mal qui la tourmente.
 
L’désir amoureux s’y mijote,
Quoiqu’ell’ n’en desserr’ pas les dents...
On verrait d’sus c’qu’ell’ pense en d’dans :
C’est pour ça q’si ben ça s’cachotte.
 
C’est s’lon, c’est moins ou davantage,
Mais tout’ fill’, son sexe la tient.
L’amour y dort : un garçon vient...
Qui l’éveille à son avantage.
 
C’est c’que j’fais ! Ell’s ont beau s’défendre,
Moi, j’ai la natur’ dans mon jeu,
J’gratt’ la cendre et j’découv’ le feu ;
Seul’ment i’ faut savoir s’y prendre.
 
Faut choisir son jour et son heure,
La saison, l’endroit, pas s’presser.
Ça dépend ! yen a q’faut forcer !
Ces fois-là sont p’têt’ les meilleures.
 
À la façon d’trousser sa jupe,
D’arranger ses ch’veux sous l’bonnet,
À la march’, surtout, on r’connaît
L’temps qu’on mettra pour faire un’ dupe.
 
Avec les joyeus’ je sais rire,
Avec les trist’ je sais pleurer,
Tout en m’taisant, j’sais soupirer
Avec cell’ qui n’ont rien à dire.
 
J’not’ leur air franc ou saint’ nitouche,
Leur genre de silence ou d’caquet,
L’sec ou l’mouillé d’leurs deux quinquets,
Comm’ l’ouvert ou l’pincé d’leur bouche.
 
J’examin’ cell’ qui sont heureuses
D’porter, au cou, des p’tits enfants.
L’instinct d’êt’ mèr’ suffit souvent
Pour qu’un’ fill’ devienne amoureuse.
 
J’suis timide avec la pimbêche,
Rapide avec cell’ qu’a du sang,
Et, toujours, les contrefaisant,
Ya pas d’danger q’j’évent’ la mèche !
 
J’prends leur humeur, j’flatt’ leur manie,
Ell’ chang’ d’avis, moi pareill’ment.
Je n’leur donn’, sans jamais d’gên’ment,
Q’du plaisir dans ma compagnie.
 
Au fond, je m’dis et ça m’amuse :
Que j’suis pas plus menteur, vraiment !
Qu’ell’s autr’ qui m’voudraient pour amant
Et qui font cell’-là qui me r’fusent.
 
C’est mes r’gards seuls qui leur demandent
C’que j’désir’ d’ell’. Ma bouch’, ma main,
Seul’ment commenc’ à s’mettre en ch’min,
Quand leurs yeux m’dis’ qu’ell’ les attendent.
 
Dans ma prunell’ qui leur tend l’piège
R’culant d’abord ell’ veul’ pas s’voir,
Et puis, ell’ s’y mir’, sans pouvoir
S’désengluer du sortilège.
 
La bergèr’ sag’, la moins follette,
J’l’endors ! qu’elle en lâch’ son fuseau...
Comm’ l’aspic magnétis’ l’oiseau,
Comme un crapaud charme un’ belette.
 
C’est pourquoi, la pauvress’, la riche,
Tout’ fille, à mon gré, m’donn’ son cœur !
Ma foi ! j’me fie à ma vigueur,
J’en ai ben trop pour en êtr’ chiche !
 
D’autant plus que j’peux pas leur nuire...
Personn’ sait q’moi q’j’ai leur honneur
Et j’ai la chanc’, pour leur bonheur,
De libertiner sans r’produire ! »
 
Et le bon vieux dit : « Tu caus’ ben...
Quoiqu’ ça peut êtr’ de la vant’rie.
Moi non plus, pour la galant’rie,
À ton âg’ j’étais pas lambin.
Aussi vrai q’tous deux on déjeune
Tu t’amus’ras jamais plus jeune !
Ta folie est c’que fut la mienne.
Tu brûl’, mais glaçon tu d’viendras.
Crois-moi : prends-en l’plus q’tu pourras !
Ça t’pass’ra avant q’ça m’revienne ! »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе