Madeleine des Roches



 
Le plus mélancoliqu’ quelquefois se recrée,
Fut le grave censeur plein de sévérité,
Le Théologien rempli de sainteté
Aux méditations quelque plaisir se crée.
 
Mais quand on est blessé en la tête sacrée,
Le cours de notre bien est du tout arrêté,
Ce mal a tout soudain l’individu gâté,
Nous métamorphosant trop pis qu’un autre Ascrée.
 
Le triangle admiré qui tient l’âme attachée
Aux organes du corps, la raison empêchée,
La vue, le parler, et le plus doux ouïr,
 
Ont au cerveau blessé leur puissance finie,
Et l’esprit qui vivait de la douce harmonie,
Entre tant de discors ne se peut éjouir.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 29 août 2015 à 11h18

Prêtre-veau
-------------

Un veau mélancolique a reçu la prêtrise,
Il regarde le monde avec sévérité,
Entretient chaque jour la fleur de sainteté
Et se montre, pensif, au seuil de son église.

La prière est exacte en sa tête, et précise ;
Le taux de pénitence est fort bien arrêté,
Le fruit du séminaire, il ne l’a point gâté,
C’est un vaillant curé, Messieurs, qu’on se le dise.

Au bord d’un petit pré, sa mère est attachée,
De se rendre à la messe, elle est bien empêchée,
Les bestiaux n’y vont point, cela n’est pas nouveau.

Quand du prêtre sera la carrière finie,
Tous les anges viendront, dans leur douce harmonie,
Pour emporter son âme au paradis des veaux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 18 novembre 2016 à 10h31

Charmeur de démons
--------------------------

Nicolas, non content d’exercer la prêtrise,
Soumet quelques démons, mais sans sévérité;
Loin de les effrayer avec sa sainteté
Il leur permet à tous de danser dans l’église.

Il sait, pour les tenir, l’incantation précise ;
S’ils passent la limite, il peut les arrêter,
Ce ne sont des voyous ni des enfants gâtés,
Mais de bons paroissiens, vois-tu, quoi qu’on en dise.

Au vieux bénitier sont grenouilles attachées,
Craignant que leur ferveur par eux soit empêchée :
Tout démon leur déplaît, cela n’est pas nouveau.

Or,  Nicolas déploie sa patience infinie
Pour installer dévote et diable en harmonie,
Comme on enseigne au chien à ne pas mordre un veau.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er mai 2017 à 13h31

Cupidon des daims
-----------------------

Le Cupidon des daims, nul dieu ne le maîtrise,
Jupiter n’a pour lui nulle sévérité ;
L’ermite des forêts, malgré sa sainteté,
Devant ce cervidé montre une âme soumise.

Aux daims, chaque printemps,des amours sont promises;
Quand la flèche est en route, on ne peut l’arrêter
(Puis, tomber amoureux, c’est bon pour la santé);
Qu’importe au bel archer si quelques coeurs se brisent!

Mais au bois sont aussi des sorcières cachées
Par qui sont les douceurs de l’amour empêchées,
À leur place survient la guerre entre rivaux.

Sur des millions d’années, cette lutte infinie
Des paisibles bestiaux déchire l’harmonie;
Être un daim, malgré tout, vaut mieux que d’être un veau.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 octobre 2019 à 11h33

Saint Hippographe
------------

Ce saint de l’écriture affiche sa maîtrise,
Lui qui est rigoureux, mais sans sévérité ;
À peine montre-t-il parfois sa sainteté
Ou la sobre grandeur de son âme soumise.

La richesse ici-bas ne lui fut point promise,
Jamais à ce détail il ne va s’arrêter ;
Il ne se plaindra pas non plus de sa santé,
Ni même, semble-t-il, du destin qui nous brise.

Tu demandes s’il a des richesses cachées ;
Sa personne n’est pas à ses biens attachée,
Ni ses frères humains ne seront ses rivaux.

La douceur du présent lui paraît infinie,
Laquelle aux temps anciens donne leur harmonie;
Il aime l’avenir, qui est le renouveau.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εllе еt lui

Hugо : Lа Légеndе dе lа Νоnnе

Τоulеt : «Νоn, се tахi, quеllе сhаrrеttе....»

Régniеr : Εn fоrêt

Βruаnt : À lа Glасièrе

Hеrеdiа : Αprès Саnnеs

Сrоs : Libеrté

Сrоs : Ρlаintе

Сrоs : Соnсlusiоn

Соrbièrе : Μirlitоn

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αltаrосhе : Ρétitiоn d’un vоlеur à un rоi sоn vоisin

Ρеrgаud : Rеnаissаnсе

Μауnаrd : «Quаnd dоis-је quittеr lеs rосhеrs...»

Rоllinаt : «Μоn nоstаlgiquе аmоur dе lа сôtе еt du vаl...»

Hеrеdiа : À un Τriоmphаtеur

Μаrоt : Dе sа grаndе аmiе

Ρоnсhоn : «Vlà l’hivеr еt sеs guеnillеs...»

Vеrnоn : Lа viе dе Sаint Αlехis (début)

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jаdis sur Lа Τrеbbiа (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lа Fоntаinе dе Sаng (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Μоn еnfаnсе саptivе а véсu dаns dеs piеrrеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Νоn, се tахi, quеllе сhаrrеttе....» (Τоulеt)

De Jаdis sur «Μаis tu brûlеs ! Ρrеnds gаrdе, еsprit !...» (Hugо)

De Μасrоn démissiоn sur Sоnnеt : «Μаîtrеssе, d’аprès tоi је vеuх fаirе un pаstеl...» (Соrаn)

De Сurаrе- sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Μоdérаtеur sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе (Sаint-Αmаnt)

De Сhristiаn sur Сlаir dе lunе (Αpоllinаirе)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz