Rimbaud


Les Réparties de Nina


 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
 

LUI


 
— Ta poitrine sur ma poitrine,
              Hein ? nous irions,
Ayant de l’air plein la narine,
              Aux frais rayons
 
Du bon matin bleu, qui vous baigne
              Du vin de jour ?...
Quand tout le bois frissonnant saigne
              Muet d’amour
 
De chaque branche, gouttes vertes,
              Des bourgeons clairs,
On sent dans les choses ouvertes
              Frémir des chairs :
 
Tu plongerais dans la luzerne
              Ton blanc peignoir,
Rosant à l’air ce bleu qui cerne
              Ton grand œil noir,
 
Amoureuse de la campagne,
              Semant partout,
Comme une mousse de champagne,
              Ton rire fou :
 
Riant à moi, brutal d’ivresse,
              Qui te prendrais
Comme cela, — la belle tresse,
              Oh ! — qui boirais
 
Ton goût de framboise et de fraise,
              Ô chair de fleur !
Riant au vent vif qui te baise
              Comme un voleur,
 
Au rose églantier qui t’embête
              Aimablement :
Riant surtout, ô folle tête,
              À ton amant !....
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
Dix-sept ans ! Tu seras heureuse !
              Oh ! les grands prés,
La grande campagne amoureuse !
              — Dis, viens plus près !...
 
— Ta poitrine sur ma poitrine,
              Mêlant nos voix,
Lents, nous gagnerions la ravine,
              Puis les grands bois !...
 
Puis, comme une petite morte,
              Le cœur pâmé,
Tu me dirais que je te porte,
              L’œil mi-fermé..
 
Je te porterais, palpitante,
              Dans le sentier :
L’oiseau filerait son andante :
              Au Noisetier...
 
Je te parlerais dans ta bouche ;
              J’irais, pressant
Ton corps, comme une enfant qu’on couche,
              Ivre du sang
 
Qui coule, bleu, sous ta peau blanche
              Aux tons rosés :
Et te parlant la langue franche....
              Tiens !... — que tu sais...
 
Nos grands bois sentiraient la sève,
              Et le soleil
Sablerait d’or fin leur grand rêve
              Vert et vermeil.
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
Le soir ?... Nous reprendrons la route
              Blanche qui court
Flânant, comme un troupeau qui broute,
              Tout à l’entour
 
Les bons vergers à l’herbe bleue,
              Aux pommiers tors !
Comme on les sent toute une lieue
              Leurs parfums forts !
 
Nous regagnerons le village
              Au ciel mi-noir ;
Et ça sentira le laitage
              Dans l’air du soir ;
 
Ça sentira l’étable, pleine
              De fumiers chauds,
Pleine d’un lent rythme d’haleine,
              Et de grands dos
 
Blanchissant sous quelque lumière ;
              Et, tout là-bas,
Une vache fientera, fière,
              À chaque pas...
 
— Les lunettes de la grand’mère
              Et son nez long
Dans son missel ; le pot de bière
              Cerclé de plomb,
 
Moussant entre les larges pipes
              Qui, crânement,
Fument : les effroyables lippes
              Qui, tout fumant,
 
Happent le jambon aux fourchettes
              Tant, tant et plus :
Le feu qui claire les couchettes
              Et les bahuts.
 
Les fesses luisantes et grasses
              D’un gros enfant
Qui fourre, à genoux, dans les tasses,
              Son museau blanc
 
Frôlé par un mufle qui gronde
              D’un ton gentil,
Et pourlèche la face ronde
              Du cher petit.....
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
Noire, rogue au bord de sa chaise,
              Affreux profil,
Une vieille devant la braise
              Qui fait du fil ;
 
Que de choses verrons-nous, chère,
              Dans ces taudis,
Quand la flamme illumine, claire,
              Les carreaux gris !...
 
— Puis, petite et toute nichée
              Dans les lilas
Noirs et frais : la vitre cachée,
              Qui rit là-bas....
 
Tu viendras, tu viendras, je t’aime !
              Ce sera beau.
Tu viendras, n’est-ce pas, et même...
 
 
 

ELLE


 
              — Et mon bureau ?
 

15 août 1870.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vоiturе : «L’Αmоur sоus sа lоi...»

Rimbаud : «Αuх livrеs dе сhеvеt...»

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Ρоnсhоn : Lа Саgе

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Ô si сhèrе dе lоin еt prосhе еt blаnсhе, si...»

Сеndrаrs : Éсrirе

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : Dе l’аmоur du Sièсlе Αntiquе

Соrbièrе : Un riсhе еn Βrеtаgnе

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

☆ ☆ ☆ ☆

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lеs аlguеs еntrоuvrаiеnt lеurs âprеs саssоlеttеs...» (Viviеn)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Βûсhеrs (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οffiсе du sоir (Βеrtrаnd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе