Rimbaud


Le Dormeur du val


 
C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.
 
Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.
 
Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.
 
Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.
 

Octobre 1870.

Commentaire (s)
Déposé par tizef le 13 mars 2015 à 06h31

La dormeuse du val

Lili Duval sommeille au bord de la rivière,
Vêtue discrètement d’un tee-shirt en haillons.
On peut voir son sous-tif. Elle en est plus que fière.
Elle a, pour le trouver, fouillé bien des rayons.

Mais le ciel est bientôt envahi par la nue.
Du gris vient altérer la vigueur de son bleu.
L’adorable endormie que l’on sait presque nue
Quitte un îlot de rêve et peste : « Crotte ! Il pleut. »

Son soutien-gorge est détrempé par l’ondée. Comme
Une very bad-girl, elle jure, elle somme :
« HY-E-TI-OS ! Arrêtez la pluie, j’ai trop froid !»

Le dieu du mauvais temps retrousse une narine. 
Mauvais signe. Insensible à sa jolie poitrine,
Il douche l’insolente et la fait filer droit.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 2 novembre 2019 à 00h32

Vol à l’arraché

Des diamants assemblés formaient une rivière,
Qui pendait à son cou, au-dessus de haillons.
Sur ce don de sa mère, dont elle était très fière,
Les jours de grand soleil, se miraient des rayons

(Le bijou scintillait, y compris sous les nues,
Mais plus intensément quand le ciel était bleu).
Sans son bel ornement, elle se sentait nue,
Son humeur ressemblait à Paris lorsqu’il pleut.

Un autre sans-abri le lui arracha comme
Il passait près d’elle, il le vola, en somme.
Elle ne bougea pas, grand était son effroi,

D’autant que le voleur, lui heurtant la narines,
De l’hémoglobine coulait sur sa poitrine,
Si je me souviens bien, c’était du côté droit.

misquette.wordpress.com

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 août 2020 à 11h55

Oiseau de la friche
----------

Un oiseau, pour chanter, se cache au creux du lierre
Pendant que nous buvons et que nous rimaillons ;
Autour de nous, ce sont la friche familière
Et le petit jardin auquel nous travaillons.

À l’ombre d’un bouleau, je vois la fourmilière
Dont les noirs habitants forment leurs bataillons ;
Voudront-ils explorer la maison de meulière,
Ou visiter la vigne aux étroits cavaillons ?
 
L’oiseau ne reste ici nullement pour les hommes,
Il profite du lieu, il chante pour sa pomme,
Quand le temps se réchauffe ou quand les jours sont froids.

Il reprendra son vol, dans la brise marine,
Pour aller se poser aux rives méandrines ;
Il prend une cerise, il en a bien le droit.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 21 janvier 2022 à 18h32

Manoir de sinople
--------

Nous avons notre gîte au fond de la rivière,
Si vaste qu’il pourrait loger un bataillon ;
Nous bavardons avec nos carpes familières,
Avec le bon brochet parfois nous ripaillons.

La rivière est de l’eau, ce n’est pas de la bière,
C’est ardu à changer, mais nous y travaillons ;
On ne peut l’obtenir par la voie coutumière,
Le problème est confus, nous le débroussaillons.

Les ondins du cours d’eau valent mieux que des hommes,
Jamais aucun d’entre eux n’aurait mangé la pomme :
Ils craignent le serpent, car c’est un monstre froid.

Ils aiment ce milieu plus que les eaux marines,
Car le sel endommage et meurtrit leurs narines ;
Puis, les ondines sont toujours en cet endroit.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 26 juin 2023 à 16h36


L’étal offrait thon rouge et truites de rivière,
Choux-fleurs de Camaret, melons de Cavaillon ;
Mais moi, je regardais surtout la croupe fière
Et les seins opulents de la chef de rayon.

Avec délicatesse et tout en retenue,
Je choisis un morceau de bon fromage bleu
De Gex. Et cependant, je l’imaginais nue,
Dans ma couche aux draps verts, lorsque dehors il pleut.

Elle était souriante et mutine, mais comme
Elle me suggérait, pour arrondir la somme,
D’ajouter au panier la tête de veau froid

Dont un jeune persil décorait les narines :
— Donnez-moi donc encore un morceau de poitrine
De porc, lui dis-je, avec mon andouille de Troyes.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 27 juin 2023 à 18h09

Cher Jadis,

Autrefois, je croyais
que tu étais génie
j’aimais à le penser
Mais je suis 1 andouille  
Rajoute 1 couvert !

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νеlligаn : Сlаir dе lunе intеllесtuеl

Siсаud : Lе Сhеmin dе sаblе

Соrbièrе : Épitаphе

Rеvеrdу : Lеndеmаin

Rеvеrdу : Lа Viе durе

Rеvеrdу : Lа Сlосhе сœur

Klingsоr : Αu јоli јеu dеs fоurbеriеs

Gаutiеr : Ρréfасе

Αllаis : Соmplаintе аmоurеusе

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

☆ ☆ ☆ ☆

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Τоulеt : «Lеs Quаrаntе...»

Rimbаud : Vénus Αnаdуоmènе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сlаir dе lunе intеllесtuеl (Νеlligаn)

De Сосhоnfuсius sur Dе sоi-mêmе (Lа Gеsséе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Сосhоnfuсius sur «Quоi vоus l’аvеz dоnс dit mа сruеllе Βеllоnnе...» (Νuуsеmеnt)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе