Rimbaud


Le Dormeur du val


 
C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.
 
Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.
 
Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.
 
Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.
 

Octobre 1870.

Commentaire (s)
Déposé par tizef le 13 mars 2015 à 06h31

La dormeuse du val

Lili Duval sommeille au bord de la rivière,
Vêtue discrètement d’un tee-shirt en haillons.
On peut voir son sous-tif. Elle en est plus que fière.
Elle a, pour le trouver, fouillé bien des rayons.

Mais le ciel est bientôt envahi par la nue.
Du gris vient altérer la vigueur de son bleu.
L’adorable endormie que l’on sait presque nue
Quitte un îlot de rêve et peste : « Crotte ! Il pleut. »

Son soutien-gorge est détrempé par l’ondée. Comme
Une very bad-girl, elle jure, elle somme :
« HY-E-TI-OS ! Arrêtez la pluie, j’ai trop froid !»

Le dieu du mauvais temps retrousse une narine. 
Mauvais signe. Insensible à sa jolie poitrine,
Il douche l’insolente et la fait filer droit.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 2 novembre 2019 à 00h32

Vol à l’arraché

Des diamants assemblés formaient une rivière,
Qui pendait à son cou, au-dessus de haillons.
Sur ce don de sa mère, dont elle était très fière,
Les jours de grand soleil, se miraient des rayons

(Le bijou scintillait, y compris sous les nues,
Mais plus intensément quand le ciel était bleu).
Sans son bel ornement, elle se sentait nue,
Son humeur ressemblait à Paris lorsqu’il pleut.

Un autre sans-abri le lui arracha comme
Il passait près d’elle, il le vola, en somme.
Elle ne bougea pas, grand était son effroi,

D’autant que le voleur, lui heurtant la narines,
De l’hémoglobine coulait sur sa poitrine,
Si je me souviens bien, c’était du côté droit.

misquette.wordpress.com

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Εh biеn, оui ! ј’аimе un plаt саnаillе...» (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus millе fоis quе nul оr tеrriеn...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе