Rimbaud


Comédie de la Soif


 
                1. les parents
 
  Nous sommes tes Grands-Parents,
              Les Grands !
  Couverts des froides sueurs
  De la lune et des verdures.
  Nos vins secs avaient du cœur !
  Au Soleil sans imposture
  Que faut-il à l’homme ? boire.
 
Moi. — Mourir aux fleuves barbares.
 
  Nous sommes tes Grands-Parents
              Des champs.
  L’eau est au fond des osiers :
  Vois le courant du fossé
  Autour du Château mouillé.
  Descendons en nos celliers ;
  Après, le cidre et le lait.
 
Moi. — Aller où boivent les vaches.
 
  Nous sommes tes Grands-Parents ;
              Tiens, prends
  Les liqueurs dans nos armoires
  Le Thé, le Café, si rares,
  Frémissent dans les boulloires.
 
  — Vois les images, les fleurs.
  Nous rentrons du cimetière.
 
Moi. — Ah ! tarir toutes les urnes !
 
 
                2. l’esprit
 
    Éternelles Ondines,
              Divisez l’eau fine.
    Vénus, sœur de l’azur,
              Émeus le flot pur.
 
    Juifs errants de Norwège
              Dites-moi la neige.
    Anciens exilés chers
              Dites-moi la mer.
 
Moi. — Non, plus ces boissons pures,
              Ces fleurs d’eau pour verres ;
    Légendes ni figures
              Ne me désaltèrent ;
 
    Chansonnier, ta filleule
              C’est ma soif si folle
    Hydre intime sans gueules
              Qui mine et désole.
 
 
                3. les amis
 
  Viens, les Vins vont aux plages,
  Et les flots par millions !
  Vois le Bitter sauvage
  Rouler du haut des monts !
 
  Gagnons, pèlerins sages,
  L’Absinthe aux verts piliers...
 
Moi. — Plus ces paysages.
  Qu’est l’ivresse, Amis ?
 
  J’aime autant, mieux, même,
  Pourrir dans l’étang,
  Sous l’affreuse crème,
  Près des bois flottants.
 
 
                4. le pauvre songe
 
  Peut-être un Soir m’attend
  Où je boirai tranquille
  En quelque vieille Ville,
  Et mourrai plus content :
  Puisque je suis patient !
 
  Si mon mal se résigne
  Si j’ai jamais quelque or
  Choisirai-je le Nord
  Ou le Pays des Vignes ?...
  — Ah songer est indigne
 
  Puisque c’est pure perte !
  Et si je redeviens
  Le voyageur ancien,
  Jamais l’auberge verte
  Ne peut bien m’être ouverte.
 
 
                5. conclusion
 
Les pigeons qui tremblent dans la prairie,
Le gibier, qui court et qui voit la nuit,
Les bêtes des eaux, la bête asservie,
Les derniers papillons !... ont soif aussi.
 
Mais fondre où fond ce nuage sans guide,
— Oh ! favorisé de ce qui est frais !
Expirer en ces violettes humides
Dont les aurores chargent ces forêts ?
 

Mai 1872.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Diаblе dаns lа nuit (Fоrt)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе