Rimbaud


Being beauteous

 

Devant une neige un Être de Beauté de haute taille. Des sifflements de mort et des cercles de musique sourde font monter, s’élargir et trembler comme un spectre ce corps adoré ; des blessures écarlates et noires éclatent dans les chairs superbes. Les couleurs propres de la vie se foncent, dansent, et se dégagent autour de la Vision, sur le chantier. Et les frissons s’élèvent et grondent, et la saveur forcenée de ces effets se chargeant avec les sifflements mortels et les rauques musiques que le monde, loin derrière nous, lance sur notre mère de beauté, — elle recule, elle se dresse. Oh ! nos os sont revêtus d’un nouveau corps amoureux.

 

 

xxx

 

Ô la face cendrée, l’écusson de crin, les bras de cristal ! le canon sur lequel je dois m’abattre à travers la mêlée des arbres et de l’air léger !


Illuminations, 1874

Commentaire (s)
Déposé par et tu vates eris le 1er février 2013 à 20h31

s’il vous plait pourriez vous me dire en quoi ce poème est-il une allégorie de la beauté telle que Rimbaud l’appelle dans ses voeux?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 2 février 2013 à 09h58

Je ne sais trop.
Je n’y connais rien en poésie, seulement en grammaire. Aussi vais-je étaler ma modeste science...

On dit : « En quoi ce poème EST-IL une allégorie de la beauté ? » (phrase interrogative directe) mais :  « Pourriez-vous me dire en quoi ce poème EST une allégorie de la beauté ? » (proposition interrogative indirecte)

(Noter aussi le tiret dans « Pourriez-vous »)

Sinon : « dans ses voeux »  : de quels voeux s’agit-il ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par et tu vates eris le 3 février 2013 à 22h19

Merci beaucoup monsieur Christian de m’avoir aidé dans votre immense générosité et immense modestie.
J’espère que vous serez toujours comme cela, à ne pas prendre les gens de haut et à ,soit les aider, mais à ne surtout pas les mépriser. Ah ca non vous ne le feriez jamais, vous l’Etre parfait, dans votre haute bienveillance!

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 5 février 2013 à 19h00

Personnellement j’aime beaucoup qu’on me critique, qu’on me conseille, qu’on me relève mes erreurs, qu’on se moque de moi même (moins, j’avoue...) et mon premier réflexe est de penser que tout le monde est ainsi. Hélas, je rencontre peu de telles gens, en tous cas dès qu’on touche à la langue, à la littérature !...
Aussi, j’évite de dire ce que je pense, et j’essaie d’appliquer ce que j’appelle le premier commandement du bisounours sur la Toile :
      « Toujours tu laisseras ton prochain dans sa m.rde »
Mais quelquefois je ne peux m’empêcher, et je me lâche...

Pour le reste, je ne sais pourquoi vous posiez cette question (pour un devoir de français ?), ni si vous êtes d’accord ou non avec la dernière remarque je j’ai faite :

   « dans ses voeux »  : de quels voeux s’agit-il ?

(j’ajouterai : peut-être vouliez-vous dire « de ses voeux » et c’est un lapsus ? quoique je ne comprenne pas plus la question formulée ainsi...)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par le 28 février 2013 à 12h37

Brisons-là

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 juin 2014 à 11h57

Ange étrange
--------------

L’horizon est neigeux, on y observe un ange.
Il tremble en écoutant siffler la sombre Mort
Qui durement lui parle, et par endroit le mord.

Il ne se défend point, cela me semble étrange.
On le dirait plongé dans un rêve amoureux,
Ou en train d’écouter des propos savoureux.

Il persiste, il avance : et vois, la Mort recule,
Elle s’enfuit au loin, ayant perdu la foi
Dans son pouvoir maudit (ça se peut, quelquefois).

L’ange s’éloigne aussi ; triomphal, comme Hercule
Ayant vaincu le lion de ses puissantes mains ;
Et je le vois sourire aux herbes du chemin;

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе