Rimbaud

Illuminations, 1874


Being beauteous

 

Devant une neige un Être de Beauté de haute taille. Des sifflements de mort et des cercles de musique sourde font monter, s’élargir et trembler comme un spectre ce corps adoré ; des blessures écarlates et noires éclatent dans les chairs superbes. Les couleurs propres de la vie se foncent, dansent, et se dégagent autour de la Vision, sur le chantier. Et les frissons s’élèvent et grondent, et la saveur forcenée de ces effets se chargeant avec les sifflements mortels et les rauques musiques que le monde, loin derrière nous, lance sur notre mère de beauté, — elle recule, elle se dresse. Oh ! nos os sont revêtus d’un nouveau corps amoureux.

 

 

xxx

 

Ô la face cendrée, l’écusson de crin, les bras de cristal ! le canon sur lequel je dois m’abattre à travers la mêlée des arbres et de l’air léger !


Commentaire (s)
Déposé par et tu vates eris le 1er février 2013 à 20h31

s’il vous plait pourriez vous me dire en quoi ce poème est-il une allégorie de la beauté telle que Rimbaud l’appelle dans ses voeux?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 2 février 2013 à 09h58

Je ne sais trop.
Je n’y connais rien en poésie, seulement en grammaire. Aussi vais-je étaler ma modeste science...

On dit : « En quoi ce poème EST-IL une allégorie de la beauté ? » (phrase interrogative directe) mais :  « Pourriez-vous me dire en quoi ce poème EST une allégorie de la beauté ? » (proposition interrogative indirecte)

(Noter aussi le tiret dans « Pourriez-vous »)

Sinon : « dans ses voeux »  : de quels voeux s’agit-il ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par et tu vates eris le 3 février 2013 à 22h19

Merci beaucoup monsieur Christian de m’avoir aidé dans votre immense générosité et immense modestie.
J’espère que vous serez toujours comme cela, à ne pas prendre les gens de haut et à ,soit les aider, mais à ne surtout pas les mépriser. Ah ca non vous ne le feriez jamais, vous l’Etre parfait, dans votre haute bienveillance!

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 5 février 2013 à 19h00

Personnellement j’aime beaucoup qu’on me critique, qu’on me conseille, qu’on me relève mes erreurs, qu’on se moque de moi même (moins, j’avoue...) et mon premier réflexe est de penser que tout le monde est ainsi. Hélas, je rencontre peu de telles gens, en tous cas dès qu’on touche à la langue, à la littérature !...
Aussi, j’évite de dire ce que je pense, et j’essaie d’appliquer ce que j’appelle le premier commandement du bisounours sur la Toile :
      « Toujours tu laisseras ton prochain dans sa m.rde »
Mais quelquefois je ne peux m’empêcher, et je me lâche...

Pour le reste, je ne sais pourquoi vous posiez cette question (pour un devoir de français ?), ni si vous êtes d’accord ou non avec la dernière remarque je j’ai faite :

   « dans ses voeux »  : de quels voeux s’agit-il ?

(j’ajouterai : peut-être vouliez-vous dire « de ses voeux » et c’est un lapsus ? quoique je ne comprenne pas plus la question formulée ainsi...)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par le 28 février 2013 à 12h37

Brisons-là

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 juin 2014 à 11h57

Ange étrange
--------------

L’horizon est neigeux, on y observe un ange.
Il tremble en écoutant siffler la sombre Mort
Qui durement lui parle, et par endroit le mord.

Il ne se défend point, cela me semble étrange.
On le dirait plongé dans un rêve amoureux,
Ou en train d’écouter des propos savoureux.

Il persiste, il avance : et vois, la Mort recule,
Elle s’enfuit au loin, ayant perdu la foi
Dans son pouvoir maudit (ça se peut, quelquefois).

L’ange s’éloigne aussi ; triomphal, comme Hercule
Ayant vaincu le lion de ses puissantes mains ;
Et je le vois sourire aux herbes du chemin;

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Ô si сhèrе dе lоin еt prосhе еt blаnсhе, si...»

Сеndrаrs : Éсrirе

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : Dе l’аmоur du Sièсlе Αntiquе

Соrbièrе : Un riсhе еn Βrеtаgnе

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Βûсhеrs (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οffiсе du sоir (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе