Jean Richepin

La Chanson des gueux, 1876


Voyou


 
J’ai dix ans. Quoi ! ça vous épate ?
Ben ! c’est comm’ ça, na ! j’suis voyou,
Et dans mon Paris j’ carapate
Comme un asticot dan’ un mou.
 
Sous l’bord noir et gras d’ ma casquette,
Avec mes doigts aux ongu’ en deuil,
J’ sais rien m’ coller eun’ roufflaquette
Tout l’ long d’ la temp’, là, jusqu’à l’œil.
 
J’ peux m’ parler tout ba’ à l’oreille
Sans qu’ personne entend’ rien du tout.
Quand j’ rigol’, ma gueule est pareille
À cell’ d’un four ou d’un égout.
 
Mes jamb’s sont fait’s comm’ des trombones.
Oui, mais j’sais tirer — gar’ là-dessous ! —
La savate, avec mes guibonnes
Comm’ cell’s d’un canard eud’ quinz’ sous.
 
J’ai l’ piton camard en trompette.
Aussi, soyez pa’ étonnés
Si j’ai rien qu’ du vent dans la tête :
C’est pa’c’que j’ai pas d’poils dans l’nez.
 
Près des théâtres, dans les gares,
Entre les arpions des sergots
C’est moi que j’cueill’ les bouts d’cigares,
Les culots d’pipe et les mégots.
 
Ben, moi, c’t’existenc,’-là m’assomme !
J’ voudrais posséder un chapeau.
L’est vraiment temps d’ dev’nir un homme.
J’en ai plein l’dos d’être un crapaud.
 
Les pant’s doiv’nt me prend’ pour un pître,
Quand, avec les zigs, sur eul’ zinc,
J’ai pas d’ brais’ pour me fend’ d’un litre,
Pas mêm’ d’un meulé-cass’ à cinq.
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
 
Vrai, vous savez, c’est pas ma faute.
J’ fais quoi que j’ peux. J’ vous dirais ben
Pourquoi c’est que j’ suis pas d’ la haute.
J’ l’avais mêm’ dit à m’sieu Rich’pin.
 
Mais faut croir’ que ça doit pas s’dire,
Puisque, pour s’êtr’ fait mon écho,
On l’a fourré dans la tir’lire
Avec les pègres d’ Pélago.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе