Jean Richepin


Monument aux morts


 
Ceux dont ce monument consacre la mémoire
N’étaient point des chercheurs d’aventure ou de gloire.
C’est à toi, vénérable et tranquille Maison
N’ayant que le devoir pour austère horizon,
C’est à toi seule qu’ils avaient voué leur vie
Et la sacrifiaient sans avoir d’autre envie
Que d’y bien faire leur carrière obscurément.
 
Ô vertus dont jamais nulle ne se dément,
Probité, loyauté, méthode, patience,
Travail, grand ou petit, partout en conscience,
Toujours méticuleux et toujours jusqu’au bout !
C’est par l’effort de tous que l’œuvre tient debout.
Quelle œuvre ? Le trésor, l’épargne de la France,
Son bas de laine au fond duquel dort l’espérance,
Le Crédit, le soleil de l’or, dont nous voyons
Dans nos jours les plus noirs s’allumer les rayons
Prêts à verser un peu de joie en notre poche
Quand on croise, humble et doux, le porteur de sacoche.
Eh bien ! de ce dernier jusqu’aux premiers d’entre eux,
Voilà ce qu’ils étaient, ces hommes, généreux
Sans penser qu’ils l’étaient, sans y trouver matière
À quelque orgueil ! Et, donc, pour l’existence entière
S’étant voués à la vénérable Maison
Dont un simple devoir est l’unique horizon,
Tout compte fait, ils y poursuivaient leur carrière,
Et bien peu se sentaient, certes, d’humeur guerrière.
Soudain la France crie " À moi, fils ! Au secours !"
Et, tel notre Gautier : " On bat maman ? J’accours !"
Ont-ils répondu, tous. Et voici sous les armes
Ces braves gens, parmi les horribles vacarmes
De la bataille, les blessures, les trépas.
 
À ces devoirs nouveaux, ils ne renâclent pas.
Ils s’y donnent à plein cœur, quoique sans étude,
Avec les mêmes soins dont ils ont l’habitude,
Et les mêmes vertus qui font tout jusqu’au bout.
Aussi calme qu’à son guichet, on meurt debout ;
Et dans l’abîme, pour que notre France en sorte,
Plus de sept cents d’entre eux ont payé de la sorte.
Honneur à ces héros ! Probité ! Loyauté !
Ils ont réglé l’effet qu’on leur a présenté.
Ils ne réclament rien, eux, du beau sacrifice ;
Ils pensent qu’ils ont fait simplement leur service ;
Mais toi, qui te sens leur débitrice, ô Maison,
Tu leur veux dans la mort un sublime horizon,
Et, sur ce monument consacrant leur mémoire,
Eux, qui ne l’avaient point cherchée, ils ont la gloire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : À Μаdеmоisеllе ***

Αutrаn : Un début

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Viеillаrd еt l’Ânе

Μаrоt : Αu rоi dе Νаvаrrе : «Μоn sесоnd Rоi, ј’аi unе hаquеnéе...»

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Сurаrе- sur Un début (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе