Jean Richepin


Monument aux morts


 
Ceux dont ce monument consacre la mémoire
N’étaient point des chercheurs d’aventure ou de gloire.
C’est à toi, vénérable et tranquille Maison
N’ayant que le devoir pour austère horizon,
C’est à toi seule qu’ils avaient voué leur vie
Et la sacrifiaient sans avoir d’autre envie
Que d’y bien faire leur carrière obscurément.
 
Ô vertus dont jamais nulle ne se dément,
Probité, loyauté, méthode, patience,
Travail, grand ou petit, partout en conscience,
Toujours méticuleux et toujours jusqu’au bout !
C’est par l’effort de tous que l’œuvre tient debout.
Quelle œuvre ? Le trésor, l’épargne de la France,
Son bas de laine au fond duquel dort l’espérance,
Le Crédit, le soleil de l’or, dont nous voyons
Dans nos jours les plus noirs s’allumer les rayons
Prêts à verser un peu de joie en notre poche
Quand on croise, humble et doux, le porteur de sacoche.
Eh bien ! de ce dernier jusqu’aux premiers d’entre eux,
Voilà ce qu’ils étaient, ces hommes, généreux
Sans penser qu’ils l’étaient, sans y trouver matière
À quelque orgueil ! Et, donc, pour l’existence entière
S’étant voués à la vénérable Maison
Dont un simple devoir est l’unique horizon,
Tout compte fait, ils y poursuivaient leur carrière,
Et bien peu se sentaient, certes, d’humeur guerrière.
Soudain la France crie " À moi, fils ! Au secours !"
Et, tel notre Gautier : " On bat maman ? J’accours !"
Ont-ils répondu, tous. Et voici sous les armes
Ces braves gens, parmi les horribles vacarmes
De la bataille, les blessures, les trépas.
 
À ces devoirs nouveaux, ils ne renâclent pas.
Ils s’y donnent à plein cœur, quoique sans étude,
Avec les mêmes soins dont ils ont l’habitude,
Et les mêmes vertus qui font tout jusqu’au bout.
Aussi calme qu’à son guichet, on meurt debout ;
Et dans l’abîme, pour que notre France en sorte,
Plus de sept cents d’entre eux ont payé de la sorte.
Honneur à ces héros ! Probité ! Loyauté !
Ils ont réglé l’effet qu’on leur a présenté.
Ils ne réclament rien, eux, du beau sacrifice ;
Ils pensent qu’ils ont fait simplement leur service ;
Mais toi, qui te sens leur débitrice, ô Maison,
Tu leur veux dans la mort un sublime horizon,
Et, sur ce monument consacrant leur mémoire,
Eux, qui ne l’avaient point cherchée, ils ont la gloire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе