Henri de Régnier

Apaisement, 1886


En forêt


 
On quitte la grand-route et l’on prend le sentier
Où flotte un bon parfum d’arôme forestier.
 
Dans le gazon taché du rose des bruyères,
Surgissent, çà et là, des ajoncs et des pierres.
 
Un tout petit ruisseau que verdit le cresson
Frôle l’herbe, en glissant, d’un rapide frisson.
 
Nul horizon. Le long de cette sente étroite
Une futaie à gauche, un haut taillis à droite,
 
Rien ne trouble la paix et le repos du lieu ;
Au-dessus, un ruban très mince de ciel bleu
 
Que traverse parfois, dérangé dans son gîte,
Un oiseau voletant, qui siffle dans sa fuite.
 
Puis c’est, plus loin, une clairière à l’abandon
Où noircissent encor des places à charbon ;
 
Des hêtres chevelus se dressent, en un groupe,
Des arbres épargnés à la dernière coupe ;
 
De grands troncs débités s’étagent en monceau ;
C’est tout auprès que prend sa source le ruisseau
 
Qui longe le sentier et traverse la route ;
Il sort d’un bassin rond qui filtre goutte à goutte,
 
Où tremble, reflété comme dans un miroir,
L’œil vacillant et clair de l’étoile du soir.
 

Commentaire (s)
Déposé par Ggggbhhg le 7 octobre 2013 à 23h46

Trop difficile à apprendre rétrécissez cette poésie et sa va être corecte!

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 octobre 2013 à 09h46


Le sentier
Forestier

De bruyère
Et de pierre ;

Le cresson
D’un frisson,

Sente étroite
Vers la droite.

Eau du lieu
De ciel bleu,

Danse au gîte
Puis la fuite.

Abandon
Du charbon ;

Petit groupe
Franc de coupe,

Grand monceau,
Frais ruisseau

Qui fait route
Goutte à goutte.

Un miroir
Pour le soir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 8 octobre 2013 à 09h57

Bonne remarque...

Quitter la route pour le sentier
Où flotte un bon parfum forestier.

Dans le gazon rose de bruyères,
Surgissement d’ajoncs et de pierres.

Un ruisselet verdi de cresson
Frôle l’herbe, en glissant, d’un frisson.

Nul horizon. Dans la sente étroite
Futaie à gauche et taillis à droite,

Rien ne trouble la paix de ce lieu ;
Dessus, un ruban mince de bleu

Traversé parfois, gêné d’un gîte,
De l’oiseau qui siffle dans sa fuite.

Puis c’est la clairière à l’abandon
Noirci-eu de places zà charbon ;

Des hêtres chevelus dressés, groupe
D’arbres qu’épargna l’ultime coupe ;

De grands troncs débités en monceau ;
C’est tout auprès que naît le ruisseau

Longeant le sentier, passant la route ;
Sortant d’un bassin rond qui dégoutte,

Où tremble, comme dans un miroir,
L’œil mouillé de l’étoile du soir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 8 octobre 2013 à 10h00

Victoire de Cochonfucius ! Une petite seconde d’avance... Les grands esprits se dépassent...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 8 octobre 2013 à 18h46

Vrai, ce poète forestier
a besoin de plus de chevilles
qu’une troupe de charpentiers
ou qu’un badorateur de filles...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par aghate le 4 février 2016 à 19h03

c un peu trop dur cette poésie a apprendre

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par aghate le 4 février 2016 à 19h20

Serieux c trop de la grosse merde.Moi je suis au collège je n’apprends plu de poésie

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par 3089178423 le 5 février 2016 à 08h18

c nul ce truc car c une poésie  et c nul les poésies  moi je suis au college et je fait plus de poesie

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоir sur l’еаu (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «L’аmоur nоus fаit trеmblеr...» (Guérin)

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе