Honorat de Bueil de Racan


Chanson d’Alcidor


 
Noir séjour de l’horreur, ténébreuses vallées,
Que du monde et du jour nature a reculées,
Agréable repos des esprits languissants,
Dans l’abîme d’enfer, dont vous êtes voisines,
                  Les vengeances divines
Ont-elles rien d’égal aux peines que je sens ?
 
Je me cache en cette ombre éternellement noire
Pour fuir des objets qui dedans ma mémoire
Entretiennent le mal dont je suis tourmenté.
En tous autres endroits je ne m’en puis distraire :
                  Le Soleil qui m’éclaire
Y ramentait toujours celui qui m’est ôté.
 
Cette jeune merveille, aussi sage que belle,
Récompensait ma foi d’une amour mutuelle
De qui le chaste feu ne s’égalait qu’au mien ;
Et qui saura nos vœux à bon droit pourra croire
                  Que le Ciel a fait gloire
De pouvoir dénouer un si parfait lien.
 
Où sera mon repos en ma douleur profonde ?
À quel dieu pitoyable aux misères du monde
Me plaindrai-je des maux que je souffre en aimant,
Si la même déesse à qui la terre donne
                  La qualité de bonne
Est celle qui s’oppose à mon contentement ?
 
Comme si de mon corps mon âme était ravie,
Tous mes sens ont perdu l’usage de la vie,
Tant la douleur sur moi fait de puissants efforts ;
Et celui qui conduit la troupe froide et sombre,
                  M’en estimant du nombre,
Me veut mener tout vif dans le séjour des morts.
 
J’entends déjà la voix du juge inexorable,
Je vois déjà l’apprêt du tourment perdurable
Qu’ont pour les malheureux les démons établi ;
Mais le divin flambeau dont j’adore la flamme
                  A fait que pour mon âme
La mort est sans repos et l’enfer sans oubli.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : L’Ânе dе Sаnсhо Ρаnçа

Riсtus : Lе Ρаuvrе

Ρоnсhоn : Lа Sаlаdе

Du Βеllау : «Hеurеuх, dе qui lа mоrt dе sа glоirе еst suiviе...»

Τоulеt : «Αmiе аuх rеgаrds сhаngеаnts...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lесоntе dе Lislе : Τrе filа d’оrо

Hugо : «Jе suis еnrаgé. J’аimе еt је suis un viеuх fоu...»

☆ ☆ ☆ ☆

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Μа fillе : «С’еst bеаu lа viе...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Rеgrеt

Соuté : Lе Сhrist еn bоis

Vаlérу : Ρеssimismе d’unе hеurе

Саrсо : Dédiсасе

Саrсо : С’еst tоn аmоurеuх

Саrсо : Αmоur

Сrоs : Ιn mоrtе vitа

Lоuÿs : Соnsеils à un аmаnt

Rаpin : «Lе јоur qu’il fаut quе је vivе sаns tоi...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrintеmps (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «С’еst grаnd саs quе d’аimеr ! si је suis unе аnnéе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd à mоn âgе је sоupirе...» (Sаint-Ρаvin)

De piсh24 sur [Épitаphе] (Villоn)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De piсh24 sur Quаtrаin (Villоn)

De Сhаrlеs Βаudеlаirе sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De piсh24 sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

De Сосhоnfсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Сосhоnfuсus sur Rоsе blаnсhе (Βruаnt)

De Jеаn Gоudеzki sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Féliх Αrvеrs sur Sоnnеt d’Αrt Vеrt (Gоudеzki)

De Jеаn Dоnаti sur Jе pеnsе à Jеаn-Jасquеs (Jаmmеs)

De Xiао Βоb sur «Jе сhаntаis сеs Sоnnеts, аmоurеuх d’unе Hélènе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоfuсius sur «J’аllаis sеul rеmâсhаnt mеs аngоissеs pаsséеs...» (Lа Βоétiе)

De Viсkу sur Τristаn Klingsоr

De Сосhоnfuсus sur Diеs Ιræ (Lесоntе dе Lislе)

De Сhristiаn sur «L’оrguеil dеs lоurds аnnеаuх...» (Viviеn)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Ρеtit pоèmе érоtiquе (Viviеn)

De Vinсеnt sur Αntithèsеs dе lа Сrоiх à l’аrbrе défеndu (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсus sur Αu bоrd dе lа Μаrnе (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz