Joseph Quesnel


Stances sur mon jardin de Boucherville


 
Petit jardin que j’ai planté
Que ton enceinte sait me plaire !
Je vois en ta simplicité,
L’image de mon caractère.
 
Pour rêver qu’on s’y trouve bien !
Ton agrément c’est la verdure ;
À l’art tu ne dois presque rien,
Tu dois beaucoup à la nature.
 
D’un fleuve rapide en son cours,
Tes murs viennent toucher la rive,
Et j’y vois s’écouler mes jours,
Comme son onde fugitive.
 
Lorsque, pour goûter le repos,
Chaque soir je quitte l’ouvrage,
Que j’aime, jeunes arbrisseaux,
À reposer sous votre ombrage !
 
Votre feuillage, tout le jour,
Au doux rossignol sert d’asile ;
C’est là qu’il chante son amour,
Et, la nuit, il y dort tranquille.
 
Toi qui brilles en mon jardin,
Tendre fleur, ton destin m’afflige !
On te voit fleurir le matin,
Et, le soir, mourir sur la tige.
 
Vous croissez arbrisseaux charmants,
Dans l’air votre tige s’élance ;
Hélas ! j’eus aussi mon printemps,
Mais déjà mon hiver commence.
 
Mais à quoi sert de regretter,
Les jours de notre court passage ?
La mort ne doit point attrister,
Ce n’est que la fin du voyage.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 25 juin 2020 à 15h56

Mon petit jardin sur mon île
----------

Petit jardin que j’ai quitté
Pour des perspectives plus claires
— Ou peut-être l’opacité
Morne de banlieues austères —

Ton parfum marin me revient
Et ton ressouvenir perdure ;
Je comprends maintenant combien
Grande fut ma désinvolture.

Quand je sors fumer dans ma cour
Mélancolique et maladive,
Je cède, dans le demi-jour,
À mon humeur contemplative.

Les cabarets et les tripots
Qui foisonnent dans les parages
Ne valent pas mes arbrisseaux
Et leur parcimonieux ombrage.

Je revois encore et toujours
Le petit banc de bois fragile
Qui semble attendre mon retour
Sous le cyprès, là-bas, dans l’île.

Mes égarements citadins
N’ont pas effacé les vestiges
Au fond de moi, d’un enfantin
Et odoriférant vertige.

Mais où est l’éblouissement
De midi sur la mer qui danse ?
Qu’est devenu mon hésitant
Fragment de terre et de silence ?

Peut-être que le vent d’été
Y décoiffe le tussilage
Et qu’on y peut voir subsister
Des iris et des coquillages.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz