Alexandre Privat d’Anglemont

Paris inconnu (?)


À Madame Joséphine de Fer...


 
La Muse est de retour, la campagne s’allume ;
Partez, ma fantaisie, errez parmi les prés.
Voici le soleil d’or et les cieux sidérés ;
La nature s’éveille, et le bois se parfume.
 
Le printemps, jeune oiseau, vêt sa première plume ;
Avril vient, en chantant dans les prés diaprés,
Ouvrir sous un baiser les bourgeons empourprés,
Et la terre en moiteur s’enveloppe de brume.
 
Le printemps engloutit la neige et les chagrins,
Et dispense à chacun des jours purs et sereins.
Vous, dont les rigueurs font que sur ma tête il neige,
 
N’êtes-vous pas d’avis, belle, qui dès longtemps
De me faire mourir avez le privilège,
Qu’il serait sage et bon d’imiter le printemps ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 14 janvier 2017 à 13h35

Lune de la fauvette
--------------------

Dans le lointain cosmos, mille étoiles s’allument ;
Mais nul regard humain ne les vient admirer,
Nul faiseur de sonnets pour eux n’a soupiré ;
C’est à quelques oiseaux que la vie se résume.

La fauvette a posé son nid doublé de plumes
Au hasard d’une lune, en un lieu retiré ;
Par cette aridité, son coeur fut inspiré,
Ne regrettant jamais nos matinales brumes.

Au printemps, ses enfants sont nourris, grain par grain ;
On les entend jaser ainsi que des serins
Dans l’étrange atmosphère où jamais il ne neige,

Où nul être ne craint les caprices du temps.
Comment ai-je entendu ces oisillons chantants ?
Il me fallut user de puissants sortilèges.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 27 avril 2019 à 12h13

Amphibien phlogophile
-------------

Il goûte son plaisir au brasier qui s’allume,
Celui qu’aucun humain n’est venu admirer ;
Du plaisir qu’il y prend je l’entends soupirer,
À ce bain flamboyant ses loisirs se résument.

Ce n’est pas un Phénix aux inflammables plumes,
À qui, par combustion, le souffle est retiré ;
C’est le Dieu-Salamandre aux propos inspirés,
Un ami de la flamme, et non pas de la brume.

Or, ce démon ardent ne mange point de grain ;
Jamais il ne sera nourri comme un serin,
Jamais il ne prendra de gibier dans un piège.

Il dévore le vide, il mange l’air du temps,
Tant de subtilités qu’il digère en chantant,
Cet habitant du feu, seigneur des sortilèges.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz