Raoul Ponchon

in Le Courrier Français, 13.09.1891


Vieux messieurs


 
C’était une maison quelconque, dans un coin,
              Sans rien de pittoresque
Qu’un très gros numéro qui se voyait de loin,
              Tel un séant tudesque,
 
La maison où j’entrai, sur la foi du Gil-Blas,
              Pour finir mes études,
À la fin d’obtenir de dame Babylas
              Mon brevet d’aptitudes.
 
Une fois introduit en cet intérieur,
              Me dit cette volige :
« Voulez-vous assister au cours supérieur ?
              — Bien sûr », lui répondis-je.
 
Lors elle m’installa sans perdre un seul instant
              Derrière une lucarne
Par laquelle je vis — me sembla — s’agitant
              Une confuse carne ;
 
Comme des asticots perdus dans des brouillards,
              Enfants, vieillards et femmes
Charognaient à l’envi, faisaient leurs débrouillards
              En des coïts infâmes.
 
Et je vis d’abord un macrobien pourri
              En peignoir blanc et rose
— Telle dans un sérail une jeune hourri —
              La paupière mi-close ;
 
Et tandis qu’on lui façonnait à la main...
              Des cigarettes turques,
Des éphèbes vêtus seulement de carmin
              Lui dansaient des mazurques.
 
Un autre sur un lit se faisait inculquer
              Une étrangère langue,
On l’entendait gémir, suer et suffoquer
              Et devenir exsangue.
 
Celui-ci réclamait un peu de bon lolo,
              Alors une chamelle
Sans nul rapport avec la Vénus de Milo
              Lui tendait sa mamelle.
 
Celui-là reniflait avec des grognements
              De volupté béate,
Des linges anciens, de futurs lavements,
              De récente charpiate.
 
J’en vis un affamé plus que l’est un moineau,
              — Voilà qui tient du diantre ! —
Qui me parut manger tout simplement une o-
              -Melette avec son ventre ;
 
Un autre se faisait lécher du haut en bas
              Ainsi qu’une tartine,
Cependant qu’une garce ayant gardé ses bas
              Lui lisait Lamartine.
 
Des vieillards bien plus vieux qu’on ne peut souhaiter,
              À terre, à quatre pattes,
Poussant de petits cris et se faisant fouetter,
              Couraient comme des blattes.
 
Quelques-uns plongés plus avant dans un coma,
              De leurs tristes lavettes
Gouluement comme ils eussent fait le pur Sôma
              Buvaient l’eau des cuvettes ;
 
Qu’est-ce que vous voulez, après tout, mon Dieu, c’est
              Pour que rien ne se perde ;
Car quand je m’en allai, cet autre commençait
              À manger de la merde.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...»

Rоllinаt : Lа Ρrièrе du silеnсе

Ρеllеrin : L’Αutоbus ivrе

Vignу : Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs

Νеlligаn : Сlаir dе lunе intеllесtuеl

Siсаud : Lе Сhеmin dе sаblе

Соrbièrе : Épitаphе

Rеvеrdу : Lеndеmаin

Rеvеrdу : Lа Viе durе

Rеvеrdу : Lа Сlосhе сœur

Klingsоr : Αu јоli јеu dеs fоurbеriеs

Gаutiеr : Ρréfасе

☆ ☆ ☆ ☆

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Τоulеt : «Lеs Quаrаntе...»

Rimbаud : Vénus Αnаdуоmènе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρеr tе prаеsеntit аruspех (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρrièrе du silеnсе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Сlаir dе lunе intеllесtuеl (Νеlligаn)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе