Raoul Ponchon


Consolation à Coppée sur la mort de sa malle


  Je vais repartir cependant mais c’est avec une singulière mélancolie que je considère cette malle qui s’est usée avant moi.
(François Coppée. Journal, 7 février 96.)


Ta douleur, ô Coppée, est-elle donc constante ?
                    Infortuné martyr,
Au sein du désespoir as-tu planté ta tente
                    Dont tu ne peux sortir ?
 
Hier, tu pleurais ta bonne, aujourd’hui, c’est ta malle,
                    Et quoi diable demain
Pouvant intéresser ta glande lacrymale
                    Sera-ce d’inhumain ?
 
Je sais bien qu’elle était, cette malle vétuste,
                    De bonne qualité
Lorsque tu l’achetas, sans pouvoir dire au juste
                    Ce qu’elle t’a coûté ;
 
Que cette malle était en forte peau de balle,
                    Souple comme un bambou,
Et qu’il aurait fallu des dents de cannibale
                    Pour en venir à bout.
 
Et qu’elle t’a suivi dans tes mille aventures,
                    Recevant plus d’un gnon,
De tes déplacements et villégiatures,
                    Docile compagnon.
 
Mais enfin, ô poète, elle était de ces malles
                    Comme on en voit partout,
Au Louvre, au Bon Marché, quelconques et normales,
                    Fragiles, après tout.
 
À cette heure elle jouit d’une assez sale gueule,
                    De tes propres aveux,
C’est une loque informe et minable, une aïeule
                    Qui n’a plus de cheveux ;
 
Elle fuit de partout, elle n’est plus d’équerre.
                    Sa seule fonction
Est d’être vieille. Eh bien ! cela ne passe guère
                    L’imagination.
 
Vieillir, jeune immortel, ce destin est le nôtre :
                    Tous soins sont superflus.
Si tu n’as plus de malle, achètes-en une autre,
                    Et qu’on n’en parle plus.
 
Hélas ! que j’en ai vu mourir de vieilles malles
                    Et de jeunes aussi,
Sans avoir desséché des stations thermales,
                    N’ayant bougé d’ici.
 
Parfaitement. Oui, moi, rimailleur sans fortune,
                    Ô poète, sais-tu
Qu’avec mon air de rien, j’en ai perdu plus d’une,
                    De malle, et m’en suis tu.
 
Une malle autrement célèbre que la tienne
                    C’est bien celle, à coup sûr,
De ce pauvre Gouffé (que le ciel le maintienne
                    Joyeux, en son azur !)
 
Eh bien ! Le malheureux ne fit pas tant d’histoires,
                    Et cependant chacun
Affirme qu’elle et lui — pylades méritoires —
                    Semblaient ne faire qu’un !
 
Et donc, ne pleurons pas, car c’est pure folie,
                    Sur un si mince objet
Qu’une malle ! oh ! laissons cette mélancolie
                    À monsieur Paul Bourget !
 
Pleurons sur nous plutôt, sur nos malles ensuite,
                    S’il nous reste des pleurs,
Puisqu’aussi bien la Mort emporte, dans sa fuite,
                    Les malles... et les fleurs.
 
« La Mort a des rigueurs à nulle autre pareilles. »
                    On a beau chiâler,
Quant cette garce vient nous tirer les oreilles,
                    Faut quand même y aller :
 
Et dans cette contrée antirhumatismale
                    — Rapporte-t’en à moi —
Où il est superflu d’emporter une malle
                    Qui servirait, à quoi ?
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Viаu : «Μеsdаmеs qui аvеz invеnté сеt usаgе...»

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lоuÿs : Lеs Ρоils : «Un rауоn du sоlеil lеvаnt...»

Lоuÿs : L’Hуmеn

Lоuÿs : Lе Βаisеr еntrе lеs јаmbеs

Dеlаruе-Μаrdrus : Si tu viеns

Βаnvillе : Αriаnе

Vеrlаinе : «Ιl plеurе dаns mоn сœur...»

Sаint-Αmаnt : «Εntrеr dаns lе bоrdеl...»

Sаint-Αmаnt : Οrgiе : «Sus, sus, еnfаnts !...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τhibаut dе Vеrnоn

Βruаnt : Сhаnsоn dеs miсhеtоns

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Саrсо : Lе Саrillоn

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Hugо : Rеnсоntrе

Hеrеdiа : Épitаphе

Gоudеzki : Sоnnеt d’Αrt Vеrt

Dubоs : Соntrе Μахiminа : «Lе rirе vоus siеd biеn...»

Vеrlаinе : Τаblеаu pоpulаirе

Cоmmеntaires récеnts

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Frèrеs аînés (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Μаgnу, је nе puis vоir un prоdiguе d’hоnnеur...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur L’Ιmpudеnt (Vеrlаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De piсh24 sur Ρоètе fоl (Gаrnеаu)

De piсh24 sur Αu bоrd dе lа Μаrnе (Соppéе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

De Сhristiаn sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhаrlеs Dеlуgnе sur Ρуbrас (Lоuÿs)

De Сhаrlеs Βаudеlаirе sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе