Charles Péguy

La Tapisserie de Notre-Dame, 1913


Paris vaisseau de charge


 
Double vaisseau de charge aux deux rives de Seine,
Vaisseau de pourpre et d’or, de myrrhe et de cinname,
Vaisseau de blé, de seigle, et de justesse d’âme,
D’humilité, d’orgueil, et de simple verveine ;
 
Nos pères t’ont comblé d’une si longue peine,
Depuis mille et mille ans que tu viens à la lame,
Que nulle cargaison n’est si lourde à la rame,
Et que nul bâtiment n’a la panse aussi pleine
 
Mais nous apporterons un regret si sévère,
Et si nourri d’honneur, et si creusé de flamme,
Que le chef le prendra pour un sac de prière,
 
Et le fera hisser jusque sous l’oriflamme,
Navire appareillé sous Septime Sévère,
Double vaisseau de charge aux pieds de Notre Dame.
 

Commentaire (s)
Déposé par N ytäï Khalil le 27 mai 2013 à 14h48

       Commentaire littéraire        


Impression de lecture :        

Nos premières impressions étaient plutôt bonnes par rapport à ce texte. Les éléments stylistiques subtils mais toutefois révélateurs donne au poème tous son charme qui ne se dévoile pas à la prmière lecture. Accessible à tout le monde si l’on se donne la peine de se plonger dans l’univers de l’auteur, Charles Peguy.

Résumé du dit :

Deux vaisseaux se distinguant par leurs différences de valeurs matériels, l’un chargé de « pourpre et d’or, de myrrhe et de cinname » et l’autre de « blé, de seigle, et de justesse d’âme, d’humilité, d’orgueil, et de simple verveine », sont aux deux rives de la Seine et se retrouvent au pied de Notre-Dame.

Répérage d’éléments de style :

Ce poème, écrit par Charles Peguy, est riche de procédés stylistiques et peut amener à un nombres d’interprétations différentes.
Le premier élément stylistique saute aux yeux. Les deux bateaux décrit dans la première strophe représente, par leur différence de biens matérielles, les deux différentes classes sociales. Le bateau comportant de l’or, du myrrhe et d’autre biens de valeurs symbolise la classe sociales aisée, les bourges. Le deuxième, symbolise une classe social plus modeste.
En lisant plus attentivement la deuxième strophe, on peut comprendre le message que l’auteur y a caché. « Nos pères », qui introduit Dieu, qu’importe lequel, nous a « comblé d’une si longue peine », qui, le lecteur peut aisément le deviner, la vie. Cette même vie où l’on « Depuis mille et mille ans que tu viens à la lame ». Dans ce vers, Charles Peguy veut faire comprendre au lecteur son idée de la vie qui est une sorte de combat constant, symboliser ici par « la lame », partie d’une épée ou d’un sabre qui amène tout de suite à penser à un combat, une bataille. C’est aussi cette même vie qui « n’est si lourde à la rame »  et qui « n’a la panse aussi pleine » . Expression amènant à l’idée que, bien qu’il faut énormément d’ardeur pour avancer dans la vie à coup de « rame »  , la vie est remplie d’évenement pouvant amener du bonheur, du malheur, nombres de sentiments comme l’amour, l’amitié et tant d’autres, ce qui fait que rien « n’a la panse aussi pleine ».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 mars 2015 à 14h59

Nef d’argent
--------------

Une nef invisible avance sur la Seine.
Seul, un très vieux rêveur voit son reflet d’argent
Et le moine en un livre à la proue se plongeant ;
Or, le nom de la nef est « Songe de Vincennes ».

D’argent aussi s’envole une mouette sereine,
Avec sa soeur de sable un regard échangeant ;
Un astre inframondain, que ne voient pas les gens,
Tire de son sommeil l’invisible sirène.

Le navire parcourt les âges disparus,
Les beaux jours parisiens qu’on ne reverra plus,
Mais que conserve au chaud un vestige de flamme.

Le moine lit des mots dans l’air frais du matin,
Qu’écrivit un abbé du vieux Quartier Latin ;
Il ne voit pas très bien, il lit avec son âme.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 31 mars 2020 à 12h18

Oiseaux presque imperceptibles
----------------------

Un détail invisible agrémente la scène
Où figurent aussi des nuages d’argent ;
Peut-être des oiseaux dans l’azur vont plongeant,
Phénomène déjà décrit par Avicenne.

Le ciel ne tremble point,l’atmosphère est sereine,
Il ne fait pas trop chaud, le temps n’est point changeant ;
L’un de l’autre éloigné se déplacent les gens
Et de même dans l’onde agissent les sirènes.

Nous ne regrettons pas nos plaisirs disparus,
Ni la brièveté des chemins parcourus ;
Le malheur finira, la guérison se trame.

Invisibles oiseaux dans l’air frais du matin,
Pline a parlé de vous dans un texte latin ;
Je vous devine un peu, j’entends chanter votre âme.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 août 2022 à 11h53

Nef de plomb
----------

Ce vaisseau appartient au plus puissant mécène,
Mais sa coque est de plomb, non de fer ni d’argent ;
Il flotte pourtant bien, ce qui surprend les gens,
Par bon vent de travers il remonte la Seine.

Auprès du capitaine, une dame sereine
Médite au gré de l’onde et du décor changeant ;
Quand le soleil décline, à ses amours songeant,
Elle écoute la voix de sa soeur la sirène.

Lorsque de telles nefs ne navigueront plus,
Plusieurs regretteront qu’elles aient disparu ;
Au musée l’on verra leurs rouges oriflammes.

Un marin retraité, buvant dès le matin,
Sur ce thème écrira quelques vers en latin ;
Des mots évocateurs, écrits avec son âme.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе