Marc de Papillon de Lasphrise


Plainte sur le trépas de demoiselle Geneviève de Papillon, ma sœur


À Mademoiselle de Masaires.


Heureux ceux-là qui n’aiment rien !
Ils ne sont sujets aux traverses,
Aux ennuis, aux peines diverses
Que souffrent ceux qui aiment bien.
 
Ils n’appréhendent la douleur
Qui nous vient d’aimer à toute heure ;
Ils se rient de ce qu’on pleure :
Le malheur ne leur est malheur.
 
Ceux-là regardent de même œil
Les noces et les funérailles ;
Dessus leur teint, dans leurs entrailles,
Ils ne logent le triste deuil.
 
Leurs cœurs ne sont d’amour glacés ;
Les pleurs ne baignent leur visage :
Perdissent-ils tout leur lignage,
Ils chantent pour les trépassés.
 
Tous les accidents rigoureux
Lui sont gracieux avantages ;
Les pertes ne lui sont dommages :
Qui n’aime donc est bienheureux.
 
Non, cet heur est un triste sort :
Car, sans l’amour qui nous enflamme,
On n’a ni cœur, ni sens, ni âme ;
Et cette vie est une mort.
 
Accourez donc, rude Atropos,
Pour m’ôter promptement la vie,
Qui a souvent été suivie
De mille tragiques sanglots.
 
À quinze ans j’ai porté, soldat,
L’excessive peine guerrière ;
J’ai connu Thétis la meurtrière,
Blessé, reblessé au combat.
 
Je n’ai jamais abandonné,
Depuis ce temps, le dieu de Thrace ;
Je n’ai point été sans disgrâce,
Navré, malade, infortuné.
 
Mais le plus outrageux bourreau ,
Du divers malheur qui m’accable,
C’est de voir, ore misérable,
Mon unique sœur au tombeau.
 
Ma sœur, chère sœur, mon amour,
Que j’aimais d’une amitié sainte,
Où la vertu était empreinte,
Qui fut des grâces le séjour !
 
Qui ne fit onc un ennemi ;
Qui ne fit onc une ennemie ;
Que le chaste honneur glorifie.
Comme ayant été son ami.
 
Ma sœur, que Pallas chérissait,
Voulant qu’elle vécût comme elle,
Sans connaître hymen le fidèle,
Qui gracieux la caressait.
 
Pallas s’en fâcha tellement,
Comme haïssant l’heur de Cyprine,
Qu’elle fit en peu que Lucine
La mit au pâle monument.
 
Si les regrets avaient pouvoir
De faire soudain finir l’homme,
Il est certain que pris du somme,
Tôt, mais bientôt nous l’irions voir.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βоuquеtièrе (Соppéе)

De Jаdis sur Βrumаirе (Βlémоnt)

De Jаdis sur Qu’il nе fаut pоint аimеr sаns êtrе аimé (Urfé)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...» (Dеrèmе)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе