Clovis Hesteau de Nuysement


Stances


 
Or que le grand flambeau qui redore les Cieux
Se plonge sous les eaux, s’opposant à nos yeux
Le ténébreux repli d’une courtine brune,
J’errerai par l’obscur dans l’épaisseur des bois,
Et redoublant le son de ma mourante voix,
Je me plaindrai au ciel de ma triste infortune.
 
Premier que l’Indien ait senti son retour,
Et que mon œil déclos aperçoive le jour,
J’aurai fait mille plaints de mon cruel martyre,
Et pour juste témoin de mes aigres douleurs,
Je tordrai mes cheveux et ferai de mes pleurs
Accroître des Tritons l’impétueux empire...
 
Amour sous un plaisir m’a tramé mille maux,
Il m’a rendu captif, comme les animaux,
Au joug d’un désespoir, le désespoir me donne
La fureur, le regret, le dépit, le courroux,
La pâleur et la peur, qui me conduisent tous
Sous le fatal pouvoir de la Parque félonne.
 
De mille et mille traits il m’entrouvre le flanc,
Il se baigne cruel dedans mon tiède sang,
Il me suit en tous lieux amoindrissant ma force,
Jamais je ne le vois apparent à mes yeux,
Mais, hélas, je le sens dedans moi furieux,
Et mon corps ne lui sert que d’une vaine écorce...
 
Je cerne ces forêts de maints et maints circuits,
J’imprime mille pas sur ces sablons recuits,
Alors que de fureur ma pauvre âme est atteinte,
Pleurant, plaignant, criant, deçà delà je cours,
Les rochers et les bois et les fleuves sont sourds,
Et nul sinon Écho n’accompagne ma plainte...
 
Si par la sombre horreur de ces bois ténébreux,
Où ne percent les traits du soleil radieux,
J’invoque les Fureurs pour toute médecine,
Elles oyent mes cris et s’approchent de moi,
Mais cuidant me ranger sous leur fatale loi,
Leurs yeux sont aveuglés de sa splendeur divine...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Αu bоrd dе l’еаu

Rоllinаt : À unе mуstériеusе

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Соrnе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Un ivоirе vivаnt, unе nеigе аniméе...» (Dеspоrtеs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lаit dе sеrpеnt (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz