Clovis Hesteau de Nuysement



 
Passants, ne cherchez plus dessous l’Orque infernal,
D’Ixion, de Sisyphe et des Bellides sœurs,
Comme aux siècles passés, les travaux punisseurs,
Ni l’importune soif du malheureux Tantale.
 
N’y cherchez plus le feu du serviteur d’Omphale,
Ni du fils d’Agénor les oiseaux ravisseurs,
Le fuseau, le travail, les oiseaux meurtrisseurs,
Ni l’effroyable horreur de la troupe fatale.
 
Car sans tenter Junon, sans tuer, sans voler,
Je tourne, monte, emplis, roue, cuve, rocher,
Et sans tromper les Dieux ou leurs secrets redire,
 
La soif me cuit dans l’eau, et ne puis l’étancher,
Mille fâcheux démons me ravissent ma chair,
Et bref dans moi Pluton s’est fait un autre empire.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 24 mars 2018 à 19h38

Trois infradieux
-------------------

Les voici, trois larrons des contrées infernales,
Le plus sombre d’entre eux, c’est le Démolisseur ;
Son cadet, cependant, n’est qu’un Affaiblisseur
Qui donne aux citoyens des maladies banales.

Et le troisième est comme Hercule aux pieds d’Omphale,
Par son art du costume, il est pervertisseur,
En matière de vice il est enchérisseur.
Ainsi vit dans l’horreur la triade fatale.

Or, en cet inframonde on peut les voir voler,
Poursuivant les pécheurs qui furent immolés
Par leur propres démons (ou leurs anges, c’est pire.)

Tu peux les soudoyer, mais ça coûte un peu cher,
Tu n’auras pas assez d’une livre de chair ;
Telle est, jusqu’à présent, la loi de cet empire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 avril 2018 à 12h41

Zone
-------

Voici le messager de la zone infernale ;
Il peut porter un mot pour les démolisseurs,
Un convocation pour les affaiblisseurs,
Ou bien, par exception, des missives banales.

Il ne délivre point d’annonces triomphales ;
Sauf, à certains moments, pour les pervertisseurs,
Ou même, à l’occasion, pour les enchérisseurs.
Il aime faire part d’une corvée fatale.

Son cheval de sinople, on peut le voir voler ;
On dit que des agneaux lui furent immolés
Par de sombres démons (ou des anges, c’est pire.)

Cette messagerie ne coûte pas bien cher,
Le postier sobrement nourrit sa maigre chair,
Le sinistre facteur du souterrain empire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 avril 2018 à 10h17

Zone
-------


Troisième vers :
« Une convocation »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 janvier 2019 à 14h07

Lampe à huile d’inframonde
-------------------------

N’allumez surtout pas cette lampe infernale,
Car c’est le lumignon des grands démolisseurs.
Elle qui fut forgée par les affaiblisseurs,
Ils en ont éclairé des horreurs peu banales.

Ici n’est point le lieu des actions triomphales ;
Ici, c’est un terrain pour les pervertisseurs
Sur qui toujours Satan sera l’enchérisseur,
C’est ainsi que le veut sa vocation fatale.

Les anges jusqu’ici n’osent jamais voler,
Car de cruels démons pourraient les immoler,
Ou bien les pervertir, ou bien des choses pires.

La lampe, cependant, n’est pas vendue bien cher,
Elle est loin de coûter une livre de chair
(Comme certains trésors de l’infernal empire).

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Νоuvеаu : Fоu

Vеrlаinе : Sur lе Саlvаirе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Lа Fоntаinе : Lеs Dеuх Соqs

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Lоrrаin : Αltеssе

Cоmmеntaires récеnts

De Ρосhtrоnfuсuls sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir pеu dе pаrеnts, mоins dе trаin quе dе rеntе...» (Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх)

De Сосhоnfuсius sur Rеmémоrаtiоn d’Αmis bеlgеs (Μаllаrmé)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Léаlаgirаfе sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz