Germain Nouveau


Pourrières


 
Un vieux clocher coiffé de fer sur la colline.
Des fenêtres sans cris, sous des toits sans oiseaux.
D’un barbaresque Azur la paix du Ciel s’incline.
Soleil dur ! Mort de l’ombre ! Et Silence des Eaux.
 
Marius ! son fantôme à travers les roseaux,
Par la plaine ! Un son lent de l’Horloge féline.
Quatre enfants sur la place où l’ormeau perd ses os,
Autour d’un Pauvre, étrange, avec sa mandoline.
 
Un banc de pierre chaud comme un pain dans le four,
Où trois Vieux, dans ce coin de la Gloire du Jour,
Sentent au rayon vif cuire leur vieillesse.
 
Babet revient du bois, tenant sa mule en laisse.
Noir, le Vicaire au loin voit, d’une ombre au ton bleu,
Le Village au soleil fumer vers le Bon Dieu.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 4 juillet 2014 à 10h40

Abdication
---------------

L’Empereur se retire en la verte colline,
Il ne veut plus régner, même sur un oiseau.
Aux abords du torrent le Fils du Ciel s’incline
Pour puiser la vertu et la paix dans ses eaux.

Un pluvian le contemple au travers des roseaux,
Plus haut sur le sentier se faufile une hermine ;
Le renard au terrier songe, et ronge des os,
Le feuillage au soleil de midi s’illumine.

Combien sont oubliés les fastes de la cour !
L’Empereur à présent flâne, jour après jour,
Afin d’entretenir sa paisible vieillesse.

Il n’a point mis de piège où le gibier se blesse ;
Il a pour lit l’herbage, et pour toit le ciel bleu ;
Il a plus que jadis l’apparence d’un dieu.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 août 2019 à 11h18

Une église sans prêtre
-----------------------

Un modeste clocher posé sur la colline
Que visitent parfois de merveilleux oiseaux ;
Mais plus aucun fidèle en ces lieux ne s’incline
Ni ne trempe sa main au bénitier sans eau.

Dans le jardin des morts poussent quelques roseaux,
Un duc est endormi sous son blason d’hermine ;
L’écho vient souligner le silence des os,
Les vitraux obscurcis jamais ne s’illuminent.

Seul vient ici, le soir, un vieux démon qui court
Après des souvenirs dans le déclin du jour,
Lui dont la vie ne fut qu’une longue vieillesse.

En ce lieu s’assemblaient le peuple et la noblesse
Et ceux qui se tenaient dans le juste milieu ;
Ils vivent à présent dans un monde sans dieux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 24 août 2020 à 21h09

Dolmen de Pise
----------

Pas très loin de la ville, au flanc d’une colline,
Ce vieux dolmen qui penche écoute les oiseaux ;
Sans souci des regards, sur la pente il s’incline
Comme fait un vieux pin du côté de Cazaux.

Il est, ce monument, moins souple qu’un roseau,
Et la pierre n’a point la douceur d’une hermine ;
Ses articulations ne sont que des vieux os,
Mais quand il voit le jour, le bonheur l’illumine.

Le sommet du dolmen, ni trop long, ni trop court,
Est en ce même endroit depuis cent mille jours ;
Mais ce n’est pas pour lui l’âge de la vieillesse.

D’un oblique dolmen admirons la noblesse,
Monument de mémoire et de juste milieu,
Lui qui fut messager de gaéliques dieux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 octobre 2020 à 14h05

Maison du gardien de la Tour de Pise
----------------

Le portier de ces lieux est venu des collines
Dont le peuple comprend la langue des oiseaux ;
Il dispose des clés de la Tour qui s’incline,
De l’antique charpente il connaît le réseau.

Le toit de sa maison n’est pas fait de roseaux,
Mais des tuiles ornées lui donnent belle mine ;
Un artisan français les fit à Palaiseau,
Le soleil leur sourit quand il les illumine.

Les maçons ont-ils eu au fil à plomb recours,
Ont-ils improvisé, nous le saurons un jour ;
Jusqu’ici, sur ce point, l’ignorance est épaisse.

Peut-être, un architecte issu de la noblesse
A-t-l émis l’idée qu’ainsi ce serait mieux,
Qu’un monument qui penche est agréable à Dieu.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 1er novembre 2020 à 20h23

À Buchenwald

Sur le site du camp, en haut de la colline,
On entend à nouveau gazouiller les oiseaux,
Tandis que silencieux, des visiteurs s’inclinent
En hommage aux martyrs des fascistes réseaux.

Les déportés étaient fins comme des roseaux,
Mais œuvraient en usine ou dans l’ouverte mine,
Rares ceux qui ont fait, en ce lieu, de vieux os,
La faute aux maladies, aux coups, à la famine.

À quatre heures et le soir, ils étaient dans la cour,
L’appel était sans fin, beaucoup mourraient en cours,
On tuait sur le champ qui montrait sa faiblesse.

Les nazis n’avaient pas de morale noblesse,
Que pour leurs bas instincts, ces humains n’eurent d’yeux,
Au lieu d’y résister comme le souhaite Dieu.

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rhin (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Τhébаïdе (Μénаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе