Germain Nouveau



Hier, par une après-midi
Où le soleil regaillardi
Luisait dans un ciel attiédi,
 
Et dans la splendeur qu’il étale
Comme une ville orientale
Baignait la froide capitale ;
 
Comme j’errais, le nez au vent,
Dans la rue au tableau mouvant,
En flaneur naïf et savant,
 
Je vis sur l’asphalte élastique
D’un trottoir aristocratique
Une vivante et fantastique
 
Parisienne au pas léger,
Type dont rêve l’étranger !
Femme qu’on ne peut, sans changer
 
Aussitôt sa route et la suivre,
Rencontrer, tant on devient ivre
La voyant se mouvoir et vivre ;
 
Tant à ses petits pieds vainqueurs,
Infatigables remorqueurs,
Elle sait attacher les cœurs !
 
Mise, par ma foi ! comme en mise
De bal, aussi bien qu’en chemise,
Elle seule sait être mise,
 
Dans la foule, au milieu du bruit,
Sous la voilette où son œil luit,
Discernant très bien qui la suit,
 
Et sachant que d’elle on s’occupe,
Feignant de soulever sa jupe,
Un jeu dont on est toujours dupe ;
 
Avec un air fin et discret,
Dont Gavarni sut le secret,
Et des mouvements qu’on dirait,
 
À voir, avec le vol des manches,
Le tangage amoureux des hanches
Ravis aux goélettes blanches ;
 
Idéal qui passe, rêvé
Longtemps, qu’on croit enfin trouvé,
Enchanteresse du pavé !
 
Dans la soie et dans la dentelle
Elle allait et, se hâtait-elle,
Qu’on se demandait : où va-t-elle ?
 
Quel est son but et son dessein ?
Dans l’éblouissant magasin
Où l’étoffe au riche dessin
 
Dans mille glaces se reflète,
Irait-elle, pour sa toilette,
Faire quelque importante emplette ;
 
Ou bien, afin de se cacher
D’un mari qui peut la chercher,
Disant « au galop » au cocher,
 
Se jeter dans une voiture,
Et partir, folle créature,
Pour une galante aventure ;
 
Ou bien encore, dans un lieu
Triste et nu, sans lampe ni feu,
Où la faim tend les bras vers Dieu,
 
Porter le seul pain qu’on y mange ?
Car, on le sait, cet être étrange,
S’il n’est un démon est un ange.
 
Peut-être aussi par ce soleil
Sorti souriant et vermeil
Des froides brumes du sommeil,
 
Ne veut-elle parmi les brises,
Hors du foyer aux ombres grises
Et les rayons — douces surprises —
 
Que se promener simplement.
Tout à coup, je ne sais comment
Et comme par enchantement,
 
Bien que des yeux je ne quittasse
Cette fée au pas plein de grâce,
Je perdis tout à fait sa trace !
 
Le but qu’elle pouvait avoir
Était-ce Plaisir ou Devoir ?
Je ne devais pas le savoir.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Νоuvеаu : Fоu

Vеrlаinе : Sur lе Саlvаirе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Lа Fоntаinе : Lеs Dеuх Соqs

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Lоrrаin : Αltеssе

Cоmmеntaires récеnts

De Ρосhtrоnfuсuls sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir pеu dе pаrеnts, mоins dе trаin quе dе rеntе...» (Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх)

De Сосhоnfuсius sur Rеmémоrаtiоn d’Αmis bеlgеs (Μаllаrmé)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Léаlаgirаfе sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе