Anna de Noailles

Poème de l’amour, 1924



Ne souffre pas ; tu vois, je suis pourtant moi-même,
        Malgré les multiples aspects.
Tu cherchais le repos ? Peut-être que tu m’aimes
        Pour cette absence de ta paix !
 
Concevais-tu vraiment que le bonheur existe ?
        Que l’on donne un ordre au destin ?
N’avais-tu donc jamais, d’un œil lucide et triste,
        Vu le lent retour des matins ?
 
Dans l’immense ouragan où combattent les choses,
        Poursuivais-tu d’autres loisirs
Que ces instants secrets où le désir compose
        Un baume d’âme et de plaisir ?
 
— L’amour n’est pas un don qui rend plaisante et stable,
        La vie aux sursauts coutumiers ;
Il fait mieux mesurer l’immensité des sables,
        Le puits distant sous les palmiers !
 
Les travaux des humains, comme ceux des abeilles,
        Vaquent aux soins de la cité,
Mais tout l’effort profond ne rêve et ne conseille
        Que l’apaisante volupté ;
 
C’est elle la chétive et complète patrie
        Dont l’être est sans cesse exilé ;
Acceptons que le sort protège et contrarie
        Un vœu toujours renouvelé !
 
Acceptons que demain, comme aujourd’hui, demeure
        Un jour d’espoir et de chagrin ;
Il est beau de goûter le plaisir souverain
        Dans l’étroit calice d’une heure !
 
Je refuse de croire à des jours aplanis
        Où pour nous deux l’injuste chance
Arrêterait soudain, dans le temps infini,
        L’oscillement de ses balances.
 
Certes j’eusse voulu charger d’un gai bonheur
        Ma méditative caresse,
Mais peut-être ai-je mieux apparenté nos cœurs
        Si je t’ai donné la tristesse...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Hоuvillе : Οffrаndе funérаirе

Μоntrеuil : Lеs Rêvеs mоrts

Rоllinаt : Lа Ρеtitе Sоuris

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Rimbаud : Соntе

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Hауеm-Grеgh : Ιnvосаtiоn

Βеrtrаnd : Jеаn dе Τillеs

Βruаnt : Grеlоttеuх

Ρаillеttе : Lе Rеssаutеur

Jаmmеs : «Εllе аvаit еmpоrté dеs brаsséеs dе lilаs...»

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Jоurnéе prоvеnçаlе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur lа villе dе Ρаris (Βеnsеrаdе)

De Сосhоnfuсius sur «Si еn pаrtаnt, sеul vоus m’аvеz lаissé...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сосhоnfuсius sur «Quеllе grаndеur rеnd l’hоmmе vénérаblе ?...» (Lаbé)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Сurаrе- sur «Μаdаmе, се mаtin је vоus оffrе unе flеur...» (Lа Rоquе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Jаdis sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе