Anna de Noailles

Les Éblouissements, 1907


Les Terres chaudes


 
                C’est un brûlant accablement,
                L’espace, par chaude bouffée,
                Descend sur la plaine étouffée,
                Sur le taillis lourd et dormant.
 
                Il semble que la nue ardente,
                Que l’azur, que l’argent du jour,
                Tombent du poids d’un grand amour
                Sur toute la terre odorante,
 
                Sur la terre ivre de couleurs,
                Où, tendre, verte, soleilleuse,
                La primevère, aimable, heureuse,
                Luit comme une laitue en fleurs.
 
                La lumière semble sortie
                De son empire immense et haut
                Pour se poser sur le plateau
                Que fait la feuille de l’ortie,
 
                Pour se poser sur le prunier,
                Sur le tronc mauve de l’érable.
                Tout l’univers est désirable,
                Et se pâme, d’amour baigné...
 
                — Je songe aux villes éclatantes,
                À des soleils mornes et forts
                Pesant comme une rouge mort
                Sur les rivières haletantes.
 
                Ô divin étourdissement
                Dans la douce île de Formose,
                Lorsque, le soir, le paon des roses
                Fait son amoureux sifflement !
 
                Langueur des villages de paille,
                Où, chaude comme l’âpre été,
                La danseuse aux doigts écartés
                Est un lys jaune qui tressaille.
 
                Moiteur des nuits du Sénégal,
                Corps noirs brûlants comme une lave,
                Herbe où le serpent met sa bave,
                Sanglots du désir animal !
 
                Ô Rarahu, ô Fatou-gaye,
                Ô princesse Ariitéa,
                Ivres d’un feu puissant et bas
                Qui vous brûle jusqu’aux entrailles ;
 
                Immense stagnance du temps,
                Torpide, verte, lourde extase,
                Odeur du sol et de la case,
                Herbages mous comme un étang.
 
                Tristesse, quand la nuit s’avance
                Avec ses bonds, ses cris déments,
                De songer à des soirs charmants
                Dans la Gascogne ou la Provence ;
 
                Et soudain, salubre parfum
                D’un navire aux joyeux cordages
                Qui glisse vers de frais rivages
                Avec ses voiles de lin brun !
 
                Ô beauté de toute la terre,
                Visage innombrable des jours,
                Voyez avec quel sombre amour
                Mon cœur en vous se désaltère,
 
Et pourtant il faudra nous en aller d’ici,
Quitter les jours luisants, les jardins où nous sommes,
Cesser d’être du sang, des yeux, des mains, des hommes,
Descendre dans la nuit avec un front noirci,
 
Descendre par l’étroite, horizontale porte
Où l’on passe étendu, voilé, silencieux ;
Ne plus jamais vous voir, ô lumière des cieux ;
Hélas ! je n’étais pas faite pour être morte !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоrrаin : Unе idуllе

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur «Lе sоlеil еn tоus liеuх déсоuvrе sа lumièrе...» (Μоtin)

De Сосhоnfuсius sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...» (Βаïf)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе