Anna de Noailles

Les Éblouissements, 1907


Les Terres chaudes


 
                C’est un brûlant accablement,
                L’espace, par chaude bouffée,
                Descend sur la plaine étouffée,
                Sur le taillis lourd et dormant.
 
                Il semble que la nue ardente,
                Que l’azur, que l’argent du jour,
                Tombent du poids d’un grand amour
                Sur toute la terre odorante,
 
                Sur la terre ivre de couleurs,
                Où, tendre, verte, soleilleuse,
                La primevère, aimable, heureuse,
                Luit comme une laitue en fleurs.
 
                La lumière semble sortie
                De son empire immense et haut
                Pour se poser sur le plateau
                Que fait la feuille de l’ortie,
 
                Pour se poser sur le prunier,
                Sur le tronc mauve de l’érable.
                Tout l’univers est désirable,
                Et se pâme, d’amour baigné...
 
                — Je songe aux villes éclatantes,
                À des soleils mornes et forts
                Pesant comme une rouge mort
                Sur les rivières haletantes.
 
                Ô divin étourdissement
                Dans la douce île de Formose,
                Lorsque, le soir, le paon des roses
                Fait son amoureux sifflement !
 
                Langueur des villages de paille,
                Où, chaude comme l’âpre été,
                La danseuse aux doigts écartés
                Est un lys jaune qui tressaille.
 
                Moiteur des nuits du Sénégal,
                Corps noirs brûlants comme une lave,
                Herbe où le serpent met sa bave,
                Sanglots du désir animal !
 
                Ô Rarahu, ô Fatou-gaye,
                Ô princesse Ariitéa,
                Ivres d’un feu puissant et bas
                Qui vous brûle jusqu’aux entrailles ;
 
                Immense stagnance du temps,
                Torpide, verte, lourde extase,
                Odeur du sol et de la case,
                Herbages mous comme un étang.
 
                Tristesse, quand la nuit s’avance
                Avec ses bonds, ses cris déments,
                De songer à des soirs charmants
                Dans la Gascogne ou la Provence ;
 
                Et soudain, salubre parfum
                D’un navire aux joyeux cordages
                Qui glisse vers de frais rivages
                Avec ses voiles de lin brun !
 
                Ô beauté de toute la terre,
                Visage innombrable des jours,
                Voyez avec quel sombre amour
                Mon cœur en vous se désaltère,
 
Et pourtant il faudra nous en aller d’ici,
Quitter les jours luisants, les jardins où nous sommes,
Cesser d’être du sang, des yeux, des mains, des hommes,
Descendre dans la nuit avec un front noirci,
 
Descendre par l’étroite, horizontale porte
Où l’on passe étendu, voilé, silencieux ;
Ne plus jamais vous voir, ô lumière des cieux ;
Hélas ! je n’étais pas faite pour être morte !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βоnаvеnturе dеs Ρеrriеrs : «Lеs аvеuglеs еt viоlеurs...»

Βаnvillе : Lаpins

Rоllinаt : Lеs Ρrојеts

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Gеlаis : Dizаin : «Un јоur quе Μаdаmе dоrmаit...»

Klingsоr : Ρеndаnt lа pluiе

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...» (Μауnаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt pоur unе bеllе Νоnnаin qui sе disоit Εspоusе du Сhrist (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt métаphуsiquе (Сrоs)

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе