Anna de Noailles

Poème de l’amour, 1924



Je ne reconnais pas ta personne présente
          Tant mon rêve dut en souffrir ;
Ton visage est soudain, sous mes yeux qu’il enchante,
          Étrange et long à parcourir ;
 
L’être que l’on contemple et celui qu’on médite
          N’ont pas de semblables pouvoirs ;
L’éloignement restreint, estompe, efface, hésite.
          — Il est douloureux de te voir !
 
Je ne puis ignorer, naïf porteur de grâces,
          Les fines flèches sans détour
Qui, d’un trajet brillant, viennent frapper toujours
          Mon esprit à la même place !
 
Je te regarde, et c’est par ton précis éclat
          Que je sens la faible puissance
De ne te résumer que quand tu n’es plus là,
          Et de ne posséder vraiment que ton absence !
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 14 avril 2020 à 16h54


Madame, mes respects, sachez par la présente
       Que tout ici marche à ravir :
Le chèvrefeuille embaume et la tonnelle enchante,
       Le rossignol jase à loisir.

Un détail toutefois alerte un peu, j’hésite
       À l’idée de vous émouvoir ;
Car Monsieur le Marquis, le pauvre, un soir de cuite,
       S’en allant pisser dans le noir,

Laissa choir sa chandelle au bas de la terrasse,
       Sur des fagots, là dans la cour ;
Un perfide zéphyr, s’en mêlant à son tour,
       Crut bon d’aggraver la menace.

La flamme effaroucha la vache qui meugla
       Pour exprimer son impuissance ;
L’étable s’embrasa, puis le château brûla,
       Vous fûtes épargnée, enfin, par votre absence.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Flеur séсulаirе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе