Nerval


El Desdichado


 
Je suis le Ténébreux, — le Veuf, — l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, — et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.
 
Dans le nuit du Tombeau, Toi qui m’a consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s’allie.
 
Suis-je Amour ou Phoebus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J’ai rêvé dans la Grotte où nage la Syrène...
 
Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.
 

Commentaire(s)
Déposé par Saudade le 9 septembre 2018 à 13h59


Je suis le Tendronneux, le Bœuf, le steak-haché,
Le bovin d’Aquitaine à la viande amollie.
Ma seule étoupe est morte et mon corps tacheté
Porte le virion noir de la vache en folie.

Dans la nuit des abats, Toi qui m’as charcuté,
Rends-moi la Côtelette et le Plateau de Ris,
La chair qui plaisait tant à mon coeur sectionné,
Et le brunch où le pied à la langue s’allie.

Suis-je Apis ou Milka ? Madère ou Miroton ?
Ma hure est rouge encor des apprêts de Gouffé,
J’ai rôti dans le four où cuisent les soufflés,

Et j’ai deux fois saignant coloré les torchons
Modulant tour à tour sur la carte au restau
Les saveurs de l’assiette et les crûs du Bordeaux.  

Nicolas Montessuit-
_____________________________________________


-- Kaeser, Pascal

PHILIPPE :
Je suis le lumineux, le neuf, l’auréolé.
ESTELLE :
Mon prince d’Aquitaine à la cour anoblie.
PHILIPPE :
Tu es ma seule étoile et mon luth constellé.
ESTELLE :
Le Soleil de l’espoir m’exalte à la folie.
PHILIPPE :
Dans la nuit des flambeaux, nous avons décollé.
ESTELLE :
Prends-moi mon beau Philippe, allons en Italie !
PHILIPPE :
Ta fleur me plaisait tant que mon cœur s’est soûlé.
ESTELLE :
C’est merveilleux, ton pampre à ma rose s’allie.
PHILIPPE :
Nuit d’amour ou rébus ? Oulipo ou clairon ?
ESTELLE :
Mon front est rouge encor de ton baiser de renne.
PHILIPPE :
J’ai rêvé dans la grotte où tu nages, sirène !
ESTELLE :
Soyons deux fois vainqueurs en soudant nos fleurons !
PHILIPPE :
Modulons tour à tour sur la lyre d’Orphée...
ESTELLE :
Les soupirs du BooK saint et les cris de la fée.


-- Kaeser, Pascal


Et tant d’autres versions . . Message pour Nicolas Montessuit s’il passe par ici-
Si tu pouvais me renvoyer le livre de Pascal Kaeser que tu as emprunté par inadvertance en venant au Donjon car il n’y avait que 3 exemplaires :
1 pour le génie
1 pour Cochonfucius
1 pour Curare-

Par avance merci .

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 septembre 2018 à 21h58

Je suis le Caramel
---------------

Je suis le Caramel, et je peux contrôler
Le pingouin d’Aquitaine et la caille abolie.
Mais ma Mémoire est morte, et mon porc constellé
Porte le roi Renaud à la mélancolie.

En ouvrant un tonneau, le roi m’a consolé,
C’était dans un troquet, avenue d’Italie,
Car le pinard plaît à mon esprit désolé,
Tandis que le pingouin à la caille s’allie.

Suis-je Cochonfucius ? Suis-je donc un peu rond ?
Mes yeux se plongent dans les yeux verts de la reine,
J’ai sous le crâne un son plus fort qu’une sirène.

Je vois le pingouin-caille appeler le patron,
Car il a trop la dalle et voudrait bien bouffer
Une crêpe au comptoir avec un p’tit café.

http://sonnets-de-cochonfucius.lescigales.org/instrument-qui-parle.html

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Cоmmеntaires récеnts

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, је t’аpprеndrаi (еnсоrе quе tu sоis...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir pеu dе pаrеnts, mоins dе trаin quе dе rеntе...» (Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе