Émile Nelligan


Beauté cruelle


 
Certe, il ne faut avoir qu’un amour en ce monde,
Un amour, rien qu’un seul, tout fantasque fut-il ;
Et moi qui le recherche ainsi, noble et subtil,
Voilà qu’il m’est dans l’âme une entaille profonde.
 
Elle est hautaine et belle, et moi timide et laid :
Je ne puis l’approcher qu’en des vapeurs de rêve.
Malheureux ! Plus je vais, et plus elle s’élève
Et dédaigne mon cœur pour un œil qui lui plaît.
 
Voyez comme, pourtant, notre sort est étrange !
Si nous eussions tous deux fait de figure échange,
Comme elle m’eût aimé d’un amour nonpareil !
 
Comme je l’eus suivie en vrai fou de Tolède,
Des landes de la brume, au pays du soleil,
Si le Ciel m’eût fait beau, et Isabelle laide !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er octobre 2013 à 10h09

Émile Nelligan trouve belle sa blonde ;
Il se voit au miroir : « Je suis moins beau », dit-il.
Après quoi, il nous sort un argument subtil
Sur la permutation qui changerait leur monde.

Rassure-toi, mon gars, nul ne te trouve laid ;
Tu as un beau regard, porteur de puissants rêves,
Tu parles en sonnets où ton âme s’élève,
Nous aimons ton esprit, ton langage nous plaît.

Même quand tu produis des poèmes étranges,
Des rhapsodes maudits tu restes le bon ange ;
Ils sont presque jaloux de tes mots sans pareils.

Tel Don Quichotte armé d’un acier de Tolède,
Tu suis le long chemin que baigne un beau soleil :
Ton existence, ami, ne sera jamais laide !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 1er octobre 2013 à 12h22

« Collaborons, Maître admiré,
et mettons au monde un marmot
lequel aurait votre cerveau
serti dans ma grande beauté... »
disa-t-un jour une groupie
à l’humoriste Shaw ou Guitry
« Et si c’était l’inverse... »
qu’il lui a répondu.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par macmakeupsk le 1er décembre 2015 à 18h47

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par lricggkkiy le 4 décembre 2015 à 01h14

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 octobre 2016 à 18h31

Roi-Paon
-----------

L’admirable Roi-Paon, parmi les moissons blondes,
Se pavane en été : « Je suis fort beau », dit-il,
Sans user pour cela d’un argument subtil,
Il a l’assentiment des animaux du monde.

S’il arrive pourtant que le corbeau réponde,
Il réplique aussitôt : « Ne dis rien, oiseau vil
Dont l’horrible chanson au fil du jour s’élève,
Par mon verbe élégant, quelques mots te confondent. »

Le paon lance, il est vrai, une clameur étrange,
Mais chacun reconnaît qu’il est beau comme un ange ;
Les oiseaux sont jaloux de ce roi sans pareil.

Ses pères ont charmé les émirs de Tolède,
Quand au sein de leur parc ils prenaient le soleil :
S’il ne chante pas bien, son âme n’est pas laide !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 octobre 2016 à 19h11

Troisième vers du deuxième quatrain :


Dont l’horrible chanson me fait perdre le fil

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 juin 2021 à 13h51

Étalon rêveur
----------


J’aime cette jument dont la crinière est blonde,
Lumineux le regard et provocants les cils ;
Mais c’est une rusée qui me croit peu subtil
Et peu digne, vraiment, d’accéder à son monde.

Je lui parle de loin, ses frères me répondent
Que si je m’approchais, je serais en péril ;
Moi qui ne veux pourtant rien proposer de vil,
Avec un délinquant, sans doute, ils me confondent.

Aristote l’a dit, les femmes sont étranges,
Surtout celles, vois-tu, qui te semblent des anges ;
Respectons ce penseur, il est de bon conseil.

Mais, aimable lecteur, si leur cause tu plaides,
Composant un poème à nul autre pareil,
Je comprendrai que c’est pour venir à mon aide.

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : «Ρаuvrе pеtit сœur sur lа mаin...»

Lаfоrguе : Splееn : «Τоut m’еnnuiе аuјоurd’hui. J’éсаrtе mоn ridеаu...»

Μаupаssаnt : Αu bоrd dе l’еаu

Rоllinаt : À unе mуstériеusе

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Dеrniеrs sоupirs d’un pаrnаssiеn

Lаfоrguе : Sоnnеt : «J’éсаrtе mоn ridеаu, ј’étоuffе un bâillеmеnt...»

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Саrоlо Quintо impеrаntе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Stupеur (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Соrnе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе