Marguerite de Navarre


Chanson de la Ravie de Dieu, bergère


 
Ô doux amour ! ô doux regard,
Qui me transperces de ton dard !
              Ô l’ignoré !
L’ami de moi tant adoré
Le vertueux mal honoré
              Et l’inconnu,
Pour tout autre qui est tenu !
L’un est dit vêtu, qui est nu,
              Et l’autre, obscur.
La coriette qui pare un mur,
Et le caillou si fort et dur :
              On le dit mol ;
Et le sage on nomme fol,
Et qui est Pierre, on nomme Paul.
              Ainsi chacun
Parle son langage commun.
Mais mon cœur qui n’en aime qu’un
              D’un seul caquet
Oubliant Jacques et Jacquet,
Corps, chemise, cotte et jaquet,
              Homme et habits,
Trésor et biens, moutons, brebis,
Boire, manger, pain blanc ou bis,
              Plaisir, santé,
Pour plaisir ne peut fréquenter
Plus ami, et tant plus l’enter.
              Hélas ! J’ai peur
De n’aimer point d’assez bon cœur,
Ou de feinte amour, quelle horreur !
              Si j’aimais fort,
Cet amour me donn’rait la mort...
Mais puisque suis vivante, au fort,
              Je n’aime assez.
Bras et jambes seraient lassés,
Si d’amour étaient pourchassés...
              Non, mais plus forts,
Car Amour par ses grands efforts
Peut bien ressusciter les morts.
              Or t’évertue,
Amour, et tout soudain me tue.
Puis, quand tu m’auras abattue,
              Me feras vivre.
Pour toi veux être folle et ivre
Sans jamais en être délivre.
              Mais toi, amour,
S’il te plaît me faire ce tour,
Que tu me brûles sans séjour ;
              Ton consumer
Me donn’ra un être d’aimer,
Me relevant pour m’assommer,
              Et ta lumière,
Qui en moi sera toute entière,
Comme toi me fera légère.
 

Comédie jouée au Mont de Marsan, 1547

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étоilе du fоu (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе mоis d’Αvril, оù nаquit lа mеrvеillе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе