Marguerite de Navarre

Comédie jouée au Mont de Marsan, 1547


Chanson de la Ravie de Dieu, bergère


 
Ô doux amour ! ô doux regard,
Qui me transperces de ton dard !
              Ô l’ignoré !
L’ami de moi tant adoré
Le vertueux mal honoré
              Et l’inconnu,
Pour tout autre qui est tenu !
L’un est dit vêtu, qui est nu,
              Et l’autre, obscur.
La coriette qui pare un mur,
Et le caillou si fort et dur :
              On le dit mol ;
Et le sage on nomme fol,
Et qui est Pierre, on nomme Paul.
              Ainsi chacun
Parle son langage commun.
Mais mon cœur qui n’en aime qu’un
              D’un seul caquet
Oubliant Jacques et Jacquet,
Corps, chemise, cotte et jaquet,
              Homme et habits,
Trésor et biens, moutons, brebis,
Boire, manger, pain blanc ou bis,
              Plaisir, santé,
Pour plaisir ne peut fréquenter
Plus ami, et tant plus l’enter.
              Hélas ! J’ai peur
De n’aimer point d’assez bon cœur,
Ou de feinte amour, quelle horreur !
              Si j’aimais fort,
Cet amour me donn’rait la mort...
Mais puisque suis vivante, au fort,
              Je n’aime assez.
Bras et jambes seraient lassés,
Si d’amour étaient pourchassés...
              Non, mais plus forts,
Car Amour par ses grands efforts
Peut bien ressusciter les morts.
              Or t’évertue,
Amour, et tout soudain me tue.
Puis, quand tu m’auras abattue,
              Me feras vivre.
Pour toi veux être folle et ivre
Sans jamais en être délivre.
              Mais toi, amour,
S’il te plaît me faire ce tour,
Que tu me brûles sans séjour ;
              Ton consumer
Me donn’ra un être d’aimer,
Me relevant pour m’assommer,
              Et ta lumière,
Qui en moi sera toute entière,
Comme toi me fera légère.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Εn fоrêt

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Cоmmеntaires récеnts

De Βib lа bаlеinе sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе, vоus аvеz јеunеssе аvес bеаuté...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Rаtzingеr sur Lа Соmplаintе dе Μоnsiеur Βеnоit (Frаnс-Νоhаin)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе