Musset

Poésies nouvelles, 1850


Sonnet au Lecteur


 
Jusqu’à présent, lecteur, suivant l’antique usage,
Je te disais bonjour à la première page.
Mon livre, cette fois, se ferme moins gaiement ;
En vérité, ce siècle est un mauvais moment.
 
Tout s’en va, les plaisirs et les mœurs d’un autre âge ;
Les rois, les dieux vaincus, le hasard triomphant,
Rosalinde et Suzon qui me trouvent trop sage,
Lamartine vieilli qui me traite en enfant.
 
La politique, hélas ! voilà notre misère.
Mes meilleurs ennemis me conseillent d’en faire.
Être rouge ce soir, blanc demain, ma foi, non.
 
Je veux, quand on m’a lu, qu’on puisse me relire.
Si deux noms, par hasard, s’embrouillent sur ma lyre,
Ce ne sera jamais que Ninette ou Ninon.
 

Janvier 1850.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 13 juin 2015 à 11h01

Moine-cerf
--------

J’écoute ce prêcheur au prodigieux visage,
De tout ce qu’il exprime, on ferait un roman
De trois cents, de cinq cents, même de mille pages ;
Il foisonne de mots, je ne sais pas comment.

Sa ramure imposante indique son grand âge ;
Depuis toujours, j’ai vu ce moine triomphant
Venir nous abreuver de sa parole sage,
Instruisant à la fois le vieillard et l’enfant.

Or, tous les villageois en oublient leur misère,
Ils comprennent enfin qu’il ne faut pas s’en faire,
Ni se décourager pour un oui, pour un non.

Si ce barde écrivait, nous aimerions le lire,
Conserver dans nos murs l’empreinte de sa lyre,
Les mots mirobolants qui firent son renom.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par pich24 le 6 avril 2016 à 15h11

Que mes vers, cher lecteur, te fassent bon usage,
Goûte-les du début à la dernière page,
Clame-les en sourdine et chante les gaiement,
Laisse ton coeur ainsi passer un bon moment !

Mais il ne faut, lecteur, pas pleurer à ton âge,
Que t’emporte trop loin un émoi triomphant
Lors que ma poésie avait but d’être sage
Ne tentant d’émouvoir que l’âme d’un enfant.

Sache donc qu’ici bas, la plus grande misère
C’est de lire un poème à ne savoir qu’en faire,
Et l’ayant lu deux fois se dire : « Trois fois ! Non. »

Même s’il est mauvais, tente de le relire
Donne chance à mes vers et l’aubaine à ma lyre
De prouver que mon cœur n’aime pas que Ninon.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Pierre Lamy le 2 août 2020 à 08h03

Le même en vers de onze

Jusqu’ici, lecteur, suivant l’antique usage,
je disais bonjour à la première page.
Mon livre, aujourd’hui, se ferme moins gaiement ;
disons-le, ce siècle est un mauvais moment.
 
S’en vont, les plaisirs et les mœurs d’un autre âge ;
Rois et dieux vaincus, le hasard triomphant,
Rosette et Suzon qui me trouvent trop sage,
Lamartine âgé qui me traite en enfant.
 
La politique, voilà notre misère.
Mes bons ennemis me conseillent d’en faire.
Être rouge un soir, blanc demain, ma foi, non.
 
Je veux, que qui m’a lu, puisse me relire.
Si deux noms, hélas, s’embrouillent sur ma lyre,
Ce sera toujours  ou Ninette ou Ninon.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 novembre 2020 à 13h48

Docte Goupil
----------

Maître Goupil, dit-on, de ce monde a l’usage,
Des trésors de sa ruse on a fait un roman ;
En des temps très anciens j’en ai lu quelques pages,
Et même des extraits traduits en allemand.

En deux ou trois sonnets je lui rendis hommage
Afin de le dépeindre en héros triomphant  ;
Car il sut du corbeau susciter le ramage,
Pour notre amusement, pour celui des enfants.

C’est un bon compagnon pour les jours de misère ;
Ceux qui de l’imiter autrefois s’avisèrent
Eurent moins de tourment, ne dites pas que non.

Le renard n’écrit pas, mais il sait très bien lire ;
Il aime rencontrer la science et le délire,
Ainsi que les auteurs qui célèbrent son nom.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Épitаphе

Rеvеrdу : Lеndеmаin

Rеvеrdу : Lа Viе durе

Rеvеrdу : Lа Сlосhе сœur

Klingsоr : Αu јоli јеu dеs fоurbеriеs

Gаutiеr : Ρréfасе

Αllаis : Соmplаintе аmоurеusе

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Τоulеt : «Νе сrаins pаs quе lе Τеmps...»

Τоulеt : «Οn dеsсеndrаit, si vоus l’оsiеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Τоulеt : «Lеs Quаrаntе...»

Rimbаud : Vénus Αnаdуоmènе

Lаfоrguе : Lеs Αprès-midi d’аutоmnе

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Μауnаrd : «Ρiеrrе qui durаnt sа јеunеssе...»

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...»

Vеrlаinе : Rêvе : «Jе rеnоnсе à lа pоésiе !...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Quоi vоus l’аvеz dоnс dit mа сruеllе Βеllоnnе...» (Νuуsеmеnt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоуаnt pаr lеs sоudаrds mа mаisоn sассаgéе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Νаturе оrnаnt lа dаmе qui dеvаit...» (Rоnsаrd)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

De Сurаrе_ sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе