Musset

Poésies nouvelles, 1850


Sonnet


 
Se voir le plus possible et s’aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu’un désir nous trompe, ou qu’un remords nous ronge,
Vivre à deux et donner son cœur à tout moment ;
 
Respecter sa pensée aussi loin qu’on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d’un songe,
Et dans cette clarté respirer librement —
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.
 
Vous dont chaque pas touche à la grâce suprême,
C’est vous, la tête en fleurs, qu’on croirait sans souci,
C’est vous qui me disiez qu’il faut aimer ainsi.
 
Et c’est moi, vieil enfant du doute et du blasphème,
Qui vous écoute, et pense, et vous réponds ceci :
Oui, l’on vit autrement, mais c’est ainsi qu’on aime.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 17 juin 2018 à 13h06

Maître crapaud d’azur
-----------------------

Il se complaît surtout dans son isolement ;
Le traiter de seigneur, ce serait un mensonge,
Légers et sans valeur sont les débris qu’il ronge,
Mais à les savourer il passe un bon moment.

Ce n’est pas un bestiau qui gambade et qui plonge,
Il va bien lentement, il marche comme en songe,
Évitant le soleil, respirant librement,
Et, s’il est amoureux, se montre prude amant.

Il n’est pas insensible à la grâce suprême
D’une dame du bois qui n’est pas sans merci ;
Il sait qu’il restera dans l’ombre, c’est ainsi.

Il vit en évitant le doute et le blasphème,
Lorsque Satan lui parle, il lui répond ceci :
Aimer ce que l’on a, c’est avoir ce qu’on aime.

[Lien vers ce commentaire]

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Toto28 le 18 juin 2018 à 06h50

Ment
songe,
nous ronge
à tout moment ;

Qu’on y plonge,
au lieu d’un songe,
librement,
son amant.

Suprême
souci :
aimer ainsi.

blasphème
ceci :
qu’on aime.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 27 janvier 2021 à 12h43

Chapelle de sable
------------

Je viens en ce saint lieu quérir l’isolement ,
J’y trouve un réconfort, ce n’est pas un mensonge ;
L’endroit semble abrité des ennuis qui nous rongent,
Il me plaît d’y venir, ne fût-ce qu’un moment.

Ne croyez point qu’alors en oraison je plonge,
Je m’assois simplement, je médite et je songe ;
J’entretiens des pensées qui dansent librement,
Sans former un traité, ni le plan d’un roman.

Nous savons bien qu’il n’est pas de sauveur suprême
Et que bien trop souvent le monde est sans merci ;
Bien des gens ont agi pour qu’il en soit ainsi.

Mais laissons de côté, pour un temps, nos problèmes,
Il n’est pas toujours temps de se mettre en souci,
On doit trouver aussi un temps pour les poèmes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сосtеаu : Βаttеriе

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lа mеr еst infiniе еt mеs rêvеs sоnt fоus...»

Vеrlаinе : Сrоquis pаrisiеn

Fоurеst : Sоuvеnir оu аutrе rеpаs dе fаmillе

Μаgnу : «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Régniеr : Épitаphе

Vеrlаinе : «Ιl plеurе dаns mоn сœur...»

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μеndès : Sоrоr dоlоrоsа

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Hауеm-Grеgh : Jеunеs fillеs

Fоurеst : Βаllаdе еn l’hоnnеur dе lа fаmillе Τrоulоуаuх

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Vitrаil (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Jаdis sur «Τu nе m’еs pаs dе tеs fаvеurs аvаrе...» (Τуаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе (Νоuvеаu)

De Jаdis sur Ρауsаgе gris (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Εstоurnеаu, је nе puis аimеr unе puсеllе...» (Βrаntômе)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur L’Εrmitе (Αpоllinаirе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un аutrе fаbulistе sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Εsprit dе сеllе sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе