Musset

Contes d’Espagne et d’Italie, 1930


Sonnet


 
Que j’aime le premier frisson d’hiver ! le chaume,
Sous le pied du chasseur, refusant de ployer !
Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume,
Au fond du vieux château s’éveille le foyer ;
 
C’est le temps de la ville. — Oh ! lorsque l’an dernier,
J’y revins, que je vis ce bon Louvre et son dôme,
Paris et sa fumée, et tout ce beau royaume
(J’entends encore au vent les postillons crier),
 
Que j’aimais ce temps gris, ces passants, et la Seine
Sous ses mille falots assise en souveraine !
J’allais revoir l’hiver. — Et toi, ma vie, et toi !
 
Oh ! dans tes longs regards j’allais tremper mon âme ;
Je saluais tes murs. — Car, qui m’eût dit, madame,
Que votre cœur si tôt avait changé pour moi ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 10 juillet 2016 à 16h34

Lune des éléphants
----------------------

Ce sont trois éléphants, toujours nourris de chaume,
Sous un triste fardeau n’ayant jamais ployé,
Quand la lune s’en vient dans la nuit qui embaume,
Ils s’en vont, tous les trois, rejoindre leur foyer.

Le plus jeune des trois est né de l’an dernier,
À peine connaît-il, du ciel, le vaste dôme ;
Les deux autres, deux vieux sujets de ce royaume,
Se rappellent l’enfant qu’ils entendaient crier.

Jamais ils ne verront les rives de la Seine,
À quoi l’indifférence, en eux, est souveraine ;
Pas plus qu’ils ne voudront s’installer sous un toit.

C’est la sérénité qui fait vivre leur âme,
Et nul besoin, pour eux, de prier Notre-Dame :
La lune leur suffit, nouvelle chaque mois.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 juin 2020 à 11h57

Éléphant de l’alchimiste
---------------

Trouvant des ingrédients, nullement il ne chôme,
C’est un brave éléphant, c’est un bon employé;
De sa récolte on fait toutes sortes de baumes
Qui rendent bien service au sein de nos foyers.

À goûter le vin rouge il n’est pas le dernier ;
Il me dit que selon les mots de saint Jérôme ,
Le sang du charpentier nous ouvre un beau royaume,
Pourtant, au grand jamais, je ne l’ai vu prier.

Il apprit des chansons auprès d’une sirène,
Il fit quelques séjours au logis de la Reine;
Mais du vieil alchimiste il préfère le toit.

Du féroce athanor il maîtrise la flamme,
Car son esprit est vif, et limpide est son âme;
En bref, cet animal est comme vous et moi.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 19 juin 2021 à 16h43


Un porche consacré laisse échapper un psaume ;
On entend quelquefois un clébard aboyer
Ou quelque batelier jurant en son idiome
Sur la Seine impassible où passent les noyés.

Mais les quais de Paris manquent de bananiers
Et l’on regrette un peu l’odeur de cardamome
Quand s’élève, strident, sous les cieux monochromes,
Le cri du rémouleur ou bien du vitrier.

Les éléphants sont gris, dit la légende urbaine,
Pour que même un banal marchand de porcelaine
Les distingue aisément de la fraise des bois.

Toutefois, nostalgique et digne, je proclame
Que l’exotisme n’est ici pas au programme,
Et pas plus l’éléphant que le chapeau chinois.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fiеfmеlin : «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...»

Сосtеаu : Βаttеriе

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lа mеr еst infiniе еt mеs rêvеs sоnt fоus...»

Vеrlаinе : Сrоquis pаrisiеn

Fоurеst : Sоuvеnir оu аutrе rеpаs dе fаmillе

Μаgnу : «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Régniеr : Épitаphе

Vеrlаinе : «Ιl plеurе dаns mоn сœur...»

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Vеrlаinе : Сhаnsоn d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Quеlquеfоis, аprès dеs ébаts pоlis...»

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Τаilhаdе : Сhоrègе

Dеspоrtеs : «Rесhеrсhе qui vоudrа lеs аppаrеnts hоnnеurs...»

Μеndès : Sоrоr dоlоrоsа

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Hауеm-Grеgh : Jеunеs fillеs

Fоurеst : Βаllаdе еn l’hоnnеur dе lа fаmillе Τrоulоуаuх

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Un јоur је vis, dеbоut аu bоrd dеs flоts mоuvаnts...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lе mаrdi à lаudеs : «L’оisеаu vigilаnt nоus révеillе...» (Rасinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Jаdis sur À Αlfrеd dе Μussеt (Αrvеrs)

De Сосhоnfuсius sur Сhоrègе (Τаilhаdе)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un аutrе fаbulistе sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Εsprit dе сеllе sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе