Vincent Muselli


Plus tard


 
Plus tard nous laisserons aux choses dédaignées
La poussière et l’oubli faire un linceul profond
Se disjoindre les murs, et pendre du plafond
Le ventre lourd et mou des frêles araignées.
 
La cage aura perdu ses oiseaux et ses chants ;
Au vulgaire papier la vitre aura fait place ;
Et tu verras, malheur redoublé par la glace,
Sur leurs pieds inégaux nos meubles trébuchants.
 
Qu’importe ! pour passer notre dernière veille,
D’une chère liqueur s’il reste une bouteille
Ces ruines pour nous seront un fier décor,
 
Et si dans le foyer où le froid nous rassemble,
Quelques livres d’amis peuvent nourrir encor
La flamme où nos vieux os se chaufferont ensemble !
 

©  

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 30 mai 2019 à 12h24

Épicurisme d’un porc
------------------------

C’est un cochon flâneur, il médite en marchant,
Lui qui de rêvasser bien rarement se lasse ;
Et quand il se croit seul, il répète à voix basse
Les phrases d’un récit, les paroles d’un chant.

Il traverse la ville, il traverse les champs,
Il explore les rues, il flâne sur les places ;
Il voit tout ce qui change au fil du temps qui passe,
Son corps qui devient lourd, et son pas trébuchant.

Dans les nuits de sommeil ou dans les nuits de veille,
Dans les conversations autour d’une bouteille,
Une idée se dessine, un poème prend corps ;

Différent des moutons que le berger rassemble,
Il s’attache à tous ceux qui point ne lui ressemblent,
Car c’est un réconfort pour son coeur de vieux porc.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Por’d’âme le 31 mai 2019 à 09h04

La mort d’Allis

D’abord on s’habitue au silence baigné
Dans des larmes taries de quelque mal profond
Séquestré à jamais aux lames du plafond
Le destin est tissé par la douce araignée

Qui ne fait que sa toile après l’amour du chant
Et la danse du mâle avalé pour faire place
Accrochés sur sa toile aux fœtus trébuchants
Indicible bonheur que cette vision glace

Ces misérables maux tiennent ma peine en veille
Encore un jour si triste encore une bouteille
Les mêmes visions d’un éternel décor

Fallait-il vivre avec cette douleur horrible
Si je n’avais croisé un autre cœur sans cible
Attaché dans l’instant ma pensée à son corps_

J’espère qu’il a trouvé la sortie,
En pensant à Allis,
Pour le chercheur de lumière-

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Cоmmеntaires récеnts

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz