Pierre Motin



 
Sur toutes les couleurs j’aime la feuille morte
Qui ne change jamais la beauté de son teint,
Non plus que mon amour d’un beau désir atteint.
C’est aussi la couleur que ma maîtresse porte.
 
Mais comment, ô beaux yeux, dont la puissance forte
Allume dans mon cœur un beau feu pur et saint,
Pourquoi, beaux yeux, le vert en vos couleurs n’est point
Comme cette couleur que la tristesse apporte ?
 
Est-ce pour figurer un trépas rigoureux
À ceux que vos beautés ont rendus langoureux ?
Est-ce pour faire voir quelque rigueur nouvelle
 
Qu’un rameau sec et vert d’une couleur vous sert ?
Je ne sais ; mais gardez qu’Amour d’une étincelle
Vous montre qu’un bois sec brûle mieux que le vert.

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 3 février 2017 à 13h58

Ambifauconnier
------------------

C’est l’ambifauconnier, dans une forêt morte,
Poursuivant tout le jour un gibier incertain,
Poisson que le faucon presque jamais n’atteint,
Exocet chimérique, et que la brise emporte.

L’ambicheval de sable est une bête forte,
Il aime partager la chasse du matin ;
Il avance, évoquant ses souvenirs lointains,
Le silence des bois l’aide et le réconforte.

Dans le torride été, dans l’hiver rigoureux,
Il pose sur le monde un regard langoureux ;
Il ressemble au cheval qui portait la Pucelle.

Aucune proie ne vole au firmament désert,
Sauf celle que propose un mirage des airs :
Poisson né d’un clin d’oeil, mourant d’une étincelle.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 novembre 2018 à 14h04

Quartefeuille de novembre
-------------------------------

La quartefeuille au bois, parmi les branches mortes,
Elle sait que son sort est lui-même incertain,
Sans craindre, cependant, la loi, ni le destin ;
Elle attend sans frémir que la brise l’emporte.

La quartefeuille au bois possède une âme forte,
Elle sait méditer dans l’éclat du matin ;
N’ayant jamais hanté les parages lointains,
Elle aime un lieu paisible, et qui la réconforte.

L’âge sans concession et le temps rigoureux
Pour son modeste coeur n’ont rien de douloureux,
Dans lequel le tourment jamais ne s’amoncelle.

La quartefeuille voit le firmament désert,
Ils sont partis au loin, tous les oiseaux des airs ;
Mais une fleur d’automne au soleil étincelle.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νоdiеr : Lа Jеunе Fillе

Αubigné : «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...»

Αubigné : «Се dоuх hivеr...»

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

Οrléаns : «Соmmе ј’оis quе сhасun dеvisе...»

Lаfоrguе : Εnсоrе сеt аstrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Riсtus : Νосturnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô fаiblе еsprit, сhаrgé dе tаnt dе pеinеs...» (Du Βеllау)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сосhоnfuсius sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Εnfin lа bеllе Dаmе оrguеillеusе еt mоndаinе...» (Lа Rоquе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Gеоrgеs sur Αdiеuх (Αpоllinаirе)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz