Paul Morand

Lampes à arc, 1922


Le Chant de Charing-Cross


 
Angleterre,
joyau de houille serti de craie,
couvert d’herbe, coupé de haies,
de fleuves lents que meut le pouls de la marée aux estuaires en forme de conque,
versant ton labeur manufacturé à la mer,
de ruisseaux difficiles où sautent les saumons,
villes visitées des mouettes stridentes, éparses
comme les lettres jetées au vent,
patrie du fer exact et de l’acier cultivé et des métiers à tisser,
pays des fumées grasses, charbons mouillés d’embruns, mâchefers, scories,
perspectives de briques livides,
inutiles jardins succombant sous les taxes,
dimanches pluvieux que dore la Genèse,
nuits sans étoiles dont les noires moissons tombent sous la faux des phares,
nous connaissions tout cela ;
nous nous contentions de ton son mat,
nous mangions dans les grands journaux comme à des mangeoires remplies de faits,
nous savions que ton amitié nous donnerait la mer,
vivant tissu que trament les hélices,
les banknotes de soie,
les forts flottants,
les câbles dociles, sensibles, oxydés,
enfin la victoire au goût de sel
que tes hommes portent sur leur visage au menton certain,
mais nous ignorions ton armée tirée de ta chair de marins,
les soldats nouveaux qui ont le mouvement des vagues :
les bois des fusils sont roses,
les harnais clairs n’ont pas servi
et dans le jardin public
les vétérans d’Afghanistan expliquent le canon.
La mêlée sera magnifique :
Déjà les Maoris cuisent le maïs à l’ombres des Pyramides,
les Hindous libèrent d’une nuit d’affût dans la Flandre blonde
les Canadiens chasseurs d’ours
et les binious calédoniens réveillent les guerriers de Troie.
Viennent les grands accords de l’artillerie lourde,
chante l’obus harmonieux,
vous ne connaitrez pas mieux,
ô mourants qui pressez vos gourdes.
Tombez contents :
voici venir le grand moment,
et c’est un poème de sang
que chante le vent sur les lyres de fer barbelé :
 
Orgues des moteurs,
dites un Requiem ardent
pour ces trépas de commerçants.
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Jаdis sur «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе