Charles-Hubert Millevoye

(1782-1816)

Un autrе pоèmе :

Lе Ρоètе mоurаnt

 

 

Charles-Hubert Millevoye


La Chute des feuilles


 
De la dépouille de nos bois
L’automne avait jonché la terre ;
Le bocage était sans mystère,
Le rossignol était sans voix.
Triste, et mourant à son aurore,
Un jeune malade, à pas lents,
Parcourait une fois encore
Le bois cher à ses premiers ans :
« Bois que j’aime ! adieu... je succombe.
Ton deuil m’avertit de mon sort,
Et dans chaque feuille qui tombe
Je lis un présage de mort.
Fatal oracle d’Épidaure,
Tu m’as dit : « Les feuilles des bois
« À tes yeux jauniront encore ;
« Mais c’est pour la dernière fois.
« L’éternel cyprès se balance ;
« Déjà sur ta tête en silence
« Il incline ses longs rameaux :
« Ta jeunesse sera flétrie
« Avant l’herbe de la prairie,
« Avant le pampre des coteaux. »
Et je meurs ! De leur froide haleine
M’ont touché les sombres autans ;
Et j’ai vu, comme une ombre vaine,
S’évanouir mon beau printemps.
Tombe, tombe, feuille éphémère !
Couvre, hélas ! ce triste chemin ;
Cache au désespoir de ma mère
La place où je serai demain.
Mais si mon amante voilée
Au détour de la sombre allée
Venait pleurer quand le jour fuit,
Éveille par un léger bruit
Mon ombre un instant consolée. »
Il dit, s’éloigne... et, sans retour...
La dernière feuille qui tombe
A signalé son dernier jour.
Sous le chêne on creusa sa tombe...
Mais son amante ne vint pas
Visiter la pierre isolée ;
Et le pâtre de la vallée
Troubla seul du bruit de ses pas
Le silence du mausolée.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes

Sаmаin : Οсtоbrе еst dоuх

Flоriаn : Ρоissоn vоlаnt

Vеrlаinе : Βаllаdе еn R�vе

Νеrvаl : Lе Rоi dе Τhulé

Vеrhаеrеn : Un tоit, là-bаs

Vеrlаinе : «Vа tоn сhеmin sаns plus t’inquiétеr...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе сiеl inсаndеsсеnt d’un milliоn d’étоilеs...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Ρаpillоn dе Lаsphrisе : «Jаmаis nе mе vеrrаi-је аprès tаnt dе rеgrеts...»

Klingsоr : L’Οisеаu јаunе еt blеu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Sur lеs аbîmеs сrеuх dеs fоndеmеnts pоsеr...» (Dеspоrtеs)

De сеsаr sur Hugо

De Сосhоnfuсius sur «Vu lе sоin ménаgеr dоnt trаvаillé је suis...» (Du Βеllау)

De Τсh’еng sur «Εstоurnеаu, је nе puis аimеr unе puсеllе...» (Βrаntômе)

De Сосhоnfuсius sur «Un јоur, quаnd dе l’hivеr l’еnnuуеusе frоidurе...» (Βаïf)

De Μеssinа sur Lеs Αttеntivеs (Αpоllinаirе)

De Ρеrrin Ρiеrrе sur «Dе tristе сœur сhаntеr јоуеusеmеnt...» (Ρizаn)

De Сhristiаn sur Соmplаintе du librе аrbitrе (Lаfоrguе)

De Αntibе Сhаrlу sur L’Îlе lоintаinе (Τhаlу)

De Vinсеnt sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Sаudаdе sur Сrоquis (Gаrnеаu)

De mоnоd sur Lа Νégrеssе Βlоndе (Fоurеst)

De Rаsеmоnt sur Gillеs Durаnt dе lа Βеrgеriе

De dеgrеmоnt sur Lul dе Fаltеnin (Αpоllinаirе)

De ΒrаnуΑbеbrа sur «Lе filеt d’еаu qui s’éсоulе dе сеttе tuilе...» (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur «Jе vеuх mоurir pоur tеs bеаutés, Μаîtrеssе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn miсhеl sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Ρаstоurеllе sur Lе Ρèlеrinаgе (Silvеstrе)

De Ρаstоurеllе sur «Si sеulеmеnt l’imаgе dе lа сhоsе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Sоnnеt mоdеrnе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Quеllе grаndеur rеnd l’hоmmе vénérаblе ?...» (Lаbé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

 



Photo d'après : Hans Stieglitz