Charles-Hubert Millevoye

(1782-1816)

Un autrе pоèmе :

Lе Ρоètе mоurаnt

 

 

Charles-Hubert Millevoye


La Chute des feuilles


 
De la dépouille de nos bois
L’automne avait jonché la terre ;
Le bocage était sans mystère,
Le rossignol était sans voix.
Triste, et mourant à son aurore,
Un jeune malade, à pas lents,
Parcourait une fois encore
Le bois cher à ses premiers ans :
« Bois que j’aime ! adieu... je succombe.
Ton deuil m’avertit de mon sort,
Et dans chaque feuille qui tombe
Je lis un présage de mort.
Fatal oracle d’Épidaure,
Tu m’as dit : « Les feuilles des bois
« À tes yeux jauniront encore ;
« Mais c’est pour la dernière fois.
« L’éternel cyprès se balance ;
« Déjà sur ta tête en silence
« Il incline ses longs rameaux :
« Ta jeunesse sera flétrie
« Avant l’herbe de la prairie,
« Avant le pampre des coteaux. »
Et je meurs ! De leur froide haleine
M’ont touché les sombres autans ;
Et j’ai vu, comme une ombre vaine,
S’évanouir mon beau printemps.
Tombe, tombe, feuille éphémère !
Couvre, hélas ! ce triste chemin ;
Cache au désespoir de ma mère
La place où je serai demain.
Mais si mon amante voilée
Au détour de la sombre allée
Venait pleurer quand le jour fuit,
Éveille par un léger bruit
Mon ombre un instant consolée. »
Il dit, s’éloigne... et, sans retour...
La dernière feuille qui tombe
A signalé son dernier jour.
Sous le chêne on creusa sa tombe...
Mais son amante ne vint pas
Visiter la pierre isolée ;
Et le pâtre de la vallée
Troubla seul du bruit de ses pas
Le silence du mausolée.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mоn flоrilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agоra

Évаluations récеntes

Lасhаmbеаudiе : Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn

Lаfоrguе : Νоël résigné

Αpоllinаirе : Lа Ρеtitе Αutо

Rоstаnd : Βаllаdе dеs grоs dindоns

Ginеstе : Βаllаdе du соupеur dе сhаts

Μоrin : Stаnсеs : «Αh, quе сеs sоuvеnirs dе јеunеssе sоnt tristеs...»

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Hаnnоn : Flеur dеs fièvrеs

Dаuphin : «Μusiquеs оmbrеusеs vеrtеs...»

Νоuvеаu : Épitаphе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Rivièrе dе Саssis (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Ιо Kаnааn sur L’Ιnvitаtiоn аu Vоуаgе : «Μоn еnfаnt, mа sœur...» (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur Splееn (Ο'Νеddу)

De frédériс sur Léо Lаrguiеr

De саrtiеr sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Snоwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Сhristiаn sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De bоurоunасhе sur Lе Sоuvеnir vаguе (Rоstаnd)

De vеrstrеkеn sur Соnsоlаtiоn (Hоuvillе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Сe sitе

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

 



Photo d'après : Hans Stieglitz